Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

Affaire du petit Grégory : le pompier qui a découvert son corps témoigne pour la première fois

Publié par FJ le 20 Août 2021 à 18:33
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

L’affaire du petit Grégory ne cessera de faire parler d’elle. Ce jeudi 19 août 2021, dans les colonnes de Paris Match, le pompier qui a découvert et repêché le corps du petit garçon a accepté de se confier pour la première fois sur le sujet. 

Publicité
petit gregory pompier

>>> À lire aussi : Affaire Grégory : cette information cachée à l’actuel propriétaire de la maison de l’enlèvement

L’affaire du petit Grégory toujours pas élucidée

Depuis plus de 30 ans maintenant, l’affaire du petit Grégory est sur toutes les lèvres. Ce petit garçon, né de la relation entre Christine et Jean-Marie Villemin, a été retrouvé pieds et poings liés dans la Vologne. Une disparition d’autant plus étonnante que les mois qui ont précédé le meurtre, les époux Villemin recevaient sans cesse des lettres et des appels d’un corbeau.

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER
Publicité

Malgré toutes les mesures prises pour tenter de trouver l’assassin du petit Grégory, le mystère court toujours. Certains pensent que le meurtrier n’était autre que Bernard Laroche, tué quelques mois plus tard par le père de l’enfant.

>>> À lire aussi : TF1 adapte l’affaire Grégory : Ces acteurs joueront tous « Une affaire française »

Un pompier présent sur la scène parle pour la première fois

Publicité

Mais aujourd’hui ce ne sont pas les membres de la famille qui sortent du silence. Le pompier qui a repêché le corps du petit garçon dans la Vologne vient de se confier pour la première fois dans les colonnes de Paris Match ce jeudi 19 août.

« Un truc qui ressemblait aux sacs-poubelles bleus de l’époque. C’était l’anorak de l’enfant qui était gorgé et gonflé d’eauIl était là, sur le ventre, entre deux cailloux. Il était saucissonné par les cordes, aux pieds, aux mollets, aux jambes, aux bras, puis une autour de la tête. Il avait le teint blanc, je n’avais jamais vu ça. Et surtout les yeux grands ouverts” explique-t-il encore marqué par l’émotion. Des images qu’il n’a jamais oubliées, même trente ans après : “Je pourrais vous en parler sans m’arrêter jusqu’à demain matin ». 

>>> À lire aussi : Nouveau rebondissement inattendu dans l’affaire du petit Grégory !

Publicité

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.

Abonnez vous à la Newsletter TDN