Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

Confinement : des appels de dénonciation inondent les lignes des gendarmeries et des commissariats

Publié par Manon CAPELLE le 13 Avr 2020 à 7:04
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Le confinement a fait naître un sentiment de peur et d’inquiétude chez de nombreux citoyens. Les dénonciations entre voisins deviennent fréquentes. Les gendarmeries et les commissariats sont inondés d’appels de « corbeaux ». 

gendarmeries appels corbeaux

>>> À lire aussi : Confinement : les images incroyables d’une piscine installée dans un cité de Saint-Ouen ! La police intervient !

Des appels de dénonciation inondent les lignes des gendarmeries et de commissariats

Ces longues semaines de confinement semblent s’éterniser. Par la même occasion, cela mène certaines personnes à jouer les corbeaux et dénoncer son voisin s’il ne respecte pas le confinement.

Des citoyens interrogés dans la rue sont contre ses agissements. L’un d’eux explique : « Dénoncer ses voisins, ça rappelle de mauvais souvenirs, quand même. » Un autre confie : « Si quelqu’un a un mauvais comportement, j’irais pas le dénoncer. J’irai lui dire que c’est pas bien, c’est tout. »

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER

Pourtant, cela fait plusieurs semaines que les policiers et les gendarmes reçoivent des appels au 17. Des comportements supposés contraires aux règles imposées par la crise sanitaire sont dénoncés par une hausse d’appels.

>>> À lire aussi : Coronavirus : un préfet lève le dispositif de confinement mis en place par le maire

Une peur pourrait expliquer ces nombreux appels

Le maire de Saverne, Stéphane Leyenberger, explique ces comportements : « Je crois qu’il y a sans doute une peur que le confinement dure plus longtemps si tout le monde ne respecte pas la règle. » Il poursuit : « Quand on voit que soi-même, on essaye de respecter des règles et que à côté, elles ne sont pas respectées, il y a sans doute de la frustration qui s’exprime aussi. »

Ces dénonciations se produisent également sur les réseaux sociaux. Des internautes dénoncent, preuve à l’appui avec des photos des attestations de dérogation de sortie inscrivant des motifs multiples.

Bien que marginal, ces dénonciations montrent une frustration des citoyens face au confinement. Alors, que ce soit un acte de civisme, un excès de zèle, de l’ennui ou encore de la malveillance, ces appels saturent les lignes de police et de gendarmes, qui ont sûrement d’autres urgences à gérer par les temps qui courent.

>>> À lire aussi : L’explosion d’un cachalot à la dynamite : le flop à éviter en période de crise du coronavirus

Source : LCI