Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

Elle falsifie son test d’urine en rendant un échantillon d’urine de son chien à son agent de probation

Publié par Nicolas F le 11 Jan 2020 à 11:34
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Dans le Kentucky, une femme qui devait rendre des comptes à son agent de probation a eu l’idée ingénieuse d’échanger ses échantillons d’urine avec un petit pot contenant l’urine de son chien. Elle pensait que les analyses ne permettraient pas de différencier l’urine animale et l’urine humaine. Finalement, prise de remords, elle a accepté de dire la vérité.

> À lire aussi : Madonna révèle boire sa propre urine après ses concerts pour se sentir bien !

La suite après cette publicité
La suite après cette vidéo

Elle pensait pouvoir tromper son agent de probation…

Julie Miller, 40 ans, a été arrêtée dans le Kentucky pour possession de substances psychotropes. Quelques jours plus tard, alors qu’elle devait se rendre dans le bureau de son agent de probation pour contrôler son urine, elle avait bien entendu consommé de la drogue et savait que son test allait être positif. Elle a donc pensé à une solution pour ne pas que son urine soit analysée. Elle a remis un petit pot contenant l’urine de son chien. En remettant le liquide, l’officier lui a lu ses droits et lui a fait signer une déclaration sur l’honneur.

> À lire aussi : Elle voulait sauver son chien et se retrouve à mordre les testicules d’un chameau pour se libérer (vidéo)

La suite après cette publicité

Elle a avoué que l’urine rendue pour le test était celle de son chien

Prise de remords, en se rendant compte qu’il n’était pas bien de mentir après avoir juré de dire la vérité, elle a avoué que l’urine n’était pas la sienne. L’agent de probation lui a demandé d’où provenait l’urine et elle a répondu que c’était celle de son chien. Il lui a alors demandé pourquoi elle avait voulu tricher et elle n’a pas eu d’autre choix que de dire la vérité. « Elle savait qu’elle échouerait au test anti-drogue. Elle a dit que si on analysait son urine on y trouverait de la méthamphétamine et du Suboxone », écrit le département de police de Pineville dans un communiqué publié sur Facebook. « Julie Miller a été arrêté et incarcérée dans le centre de détention provisoire du comté de Bell, pour tentative de falsification de preuves ».

> À lire aussi : Une femme recherchée par la police pour avoir uriné sur des pommes de terre

La suite après cette publicité

Crédits : Crédits : Bell County Ky Police Department

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.