Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

Théo Luhaka (affaire Théo) condamné à 1 an de prison pour escroquerie

Publié par Alexis P le 09 Avr 2022 à 19:33
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Théo Luhaka, le jeune homme qui avait été victime d’une déchirure du sphincter pendant une interpellation de police le 2 février 2017 a été condamné à 1 an de prison avec sursis. Le tribunal de Bobigny a condamné à une peine de prison Théo, ainsi que ses frères, pour escroquerie.

Une condamnation pour escroquerie

L’instigateur de cette escroquerie est son frère Mickael. Un autre frère a également été condamné. La condamnation a eu lieu ce jeudi 7 avril au tribunal de Bobigny. Ils ont été condamnés pour escroquerie et le détournement de subventions. Les protagonistes n’étaient pas présents au moment du délibéré.

Ils ont été condamnés pour l’utilisation à des fins personnelles de l’argent versés à des associations fictives qui avaient pour but à l’origine de contribuer à l’insertion des jeunes défavorisés. Une escroquerie digne de celle des faux RIB qui tourne en ce moment.

Les trois frères avec l’aide de deux complices ont tout de même « détourné » un montant de presque un million d’euros destiné à ces associations. Mickael a été condamné à 4 ans de prison dont deux avec sursis, et Théo à 1 an de prison avec sursis. Le troisième frère a été condamné à 2 ans de prison dont 18 mois avec sursis. Au moins les frères ne se sont pas attaqués à Enrico Macias qui s’est fait escroquer récemment.

A noter que Théo est également convoqué au tribunal en tant que victime pour la fameuse affaire des violences lors de son interpellation à Aulnay-sous-Bois en 2017. Le procès aura lieu courant 2023.

Un coup pas très bien rôdé

On n’est clairement pas en présence de génies du montage financier. L’instigateur Mickael Luhaka se présentait comme un entrepreneur. Il a ainsi créé des associations se présentant comme des associations sportives ou de médiation de rue.

Ainsi il touchait des subventions de l’Etat qu’il se mettait dans la poche. Les associations n’étaient composés que de membres fictifs ou des travailleurs à temps partiel. Il se servait alors de l’argent à des fins personnelles. Ou il rinçait des complices comme son frère Théo qui recevait régulièrement des milliers d’euros provenant de ces activités fictives. Ils auraient mieux fait de jouer au casino. 

Les escrocs ne sont pas vraiment malins. Une telle action grossière a bien évidemment été démantelée en peu de temps par les autorités. Les individus n’ayant même pas pris la peine de faire au moins semblant de faire exercer des activités à ces associations. Qui plus est, Théo a été pendant un moment fortement médiatisé ce qui rend irrémédiablement une plus grande surveillance de ses activités.

0