Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

Son mari lui disait qu’elle avait des grosses jambes et qu’elle devait s’habiller « comme une femme » : la sanction du tribunal rend fou !

Publié par Justine le 05 Mai 2021 à 16:23
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Au Royaume-Uni, un homme de 55 ans vient d’être innocenté après avoir été accusé de comportement de contrôle et coercitif. Ce dernier rabaissait sa femme quant à son apparence physique et contrôlait chacune de ses tenues. Ce type de violence conjugale reste finalement impuni. Explications.

Violence conjugale : l'homme acquitté

>>> À lire aussi : Violence conjugale : le Tumblr « Paye ton couple » dénonce le comportement malsain des hommes envers leur compagne (vidéo)

Un homme accusé de violence conjugale, finalement acquitté

Âgé de 55 ans, Paul Marsden n’hésite pas à s’en prendre à sa femme, également âgée d’une cinquantaine d’années. Après avoir critiqué son apparence en lui disant qu’elle avait de grosses jambes, il exige qu’elle s’habille « plus comme une femme ». Après 17 ans de mariage, lasse de toutes ces critiques sur son physique, sa femme commence à ne porter que des leggings, jeans et t-shirts en mauvais état.

Cette forme de violence conjugale n’en est finalement pas une d’après le tribunal de première instance de Manchester. Alors qu’il risquait jusqu’à 5 ans de prison, Paul Marsden a été acquitté après avoir soutenu qu’il l’interpellait quant à ses vêtements débraillés et troués.

>>> À lire aussi : Quand la violence conjugale s’invite dans les couples Disney 

Banalisation de la violence conjugale

Le mari souffre d’ostéoporose, d’arthrite et se déplace en fauteuil roulant. Une condition qui a fait vivre l’enfer à sa femme. Il n’hésitait pas à jeter la nourriture cuisinée par sa femme à la poubelle, la forçait à porter des prothèses dentaires et de ne pas lui donner d’argent.

La procureur Helena Williams ajoute que Paul Marsden avait le contrôle ultime sur sa vie et complète : « Paul contrôlait où elle allait et ce qu’elle faisait. Il disait : « Vous ne sortez pas, vous devez vous occuper de moi ».

Autant de faits qui n’ont pas été retenus par le tribunal puisque chaque propos a été nié par l’accusé. Il confirme avoir été sarcastique quant à ses vêtements troués, il forçait sa femme à mettre des prothèses pour sa propre hygiène et termine en affirmant qu’elle avait tout l’argent nécessaire.

Depuis juin 2020, sa femme vit avec sa meilleure amie et ne parle plus avec son mari. D’après le tribunal, il n’y a pas de preuves pour prouver qu’elle vivait dans la peur et subissait une forme de violence conjugale.

>>> À lire aussi : La lune de miel de ce couple tourne au drame : elle termine veuve

close

Inscrivez vous à la Newsletter TDN

Tous les jours le meilleur du web directement dans votre boite mail.
Garanti sans SPAM.


Inscrivez-vous à la newsletter.
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail
0