Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Société

Accusé d’agression sexuelle, ce pasteur disait pratiquer du sexe oral pour « aspirer les démons » de ses victimes

Publié par Églantine le 25 Juil 2019 à 22:30
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Le 18 juillet dernier, un pasteur du New Jersey (Etats-Unis) a été accusé d‘agression sexuelle sur quatre personnes dont trois hommes et une femme. Il a prétexté vouloir exorciser les individus en leur faisant des fellations.

Publicité

À 69 ans, William Weaver, pasteur presbytérien, va se retrouver devant la justice. Ce révérend est accusé d’avoir agressé sexuellement quatre paroissiens lors de confessions privées. Invoquant des gestes rituels, il a dit pratiquer du sexe oral pour « aspirer les démons » par leur semence.

>>> À lire en plus : Dans le métro, une jeune femme a reçu des photos de pénis… via Bluetooth

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER

Une pièce d’ange et du sexe oral

Publicité

Pendant des moments de confessions, le pasteur ordonnait à ses victimes de se déshabiller complètement et de se coucher par terre. Il plaçait alors une « pièce d’ange » sur leur front et des « pierres sacrées » sur leurs mains et chevilles, tout en déclarant que c’était des rituels religieux. Le révérend pratiquait ensuite une fellation en s’agenouillant. Selon une victime, il lui aurait dit : « Tu n’as plus à avoir peur, je suis ton protecteur maintenant » , tout en l’embrassant.

>>> À lire en plus : Rebondissement dans l’affaire Nordahl Lelandais: sa cousine l’accuse d’agression sexuelle

Abonnez vous à la Newsletter TDN

Du porno gay retrouvé dans l’ordinateur du pasteur

Publicité

Face à ces agressions sexuelles, les victimes ont décidé de ne pas se taire : « Je refuse de garder le silence plus longtemps. Je dois m’assurer que ça n’arrivera plus jamais à personne » a clamé A.J. Meeker, alors âgé de 20 ans à l’époque. Après la découverte de ces faits, une enquête de l’institution religieuse a démontré que l’ordinateur de William Weaver regorgeait de porno gay. En juin dernier, les quatre victimes ont porté plainte contre lui et poursuivent l’Église presbytérienne en justice.

>>> À lire en plus : Une jeune femme violée au Hellfest lance un appel à l’aide

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.