Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Interviews

Nuit dans une secte, pire blessure… Debbraah, marcheur de l’extrême, raconte ses anecdotes les plus folles (vidéo)

Publié par Lou Tabarin le 04 Juin 2022 à 12:36
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

À seulement 26 ans, Debbraah a déjà plusieurs exploits à son actif. Après avoir parcouru l’Europe en reliant notamment Paris-Copenhague à pied, il s’attaque à un défi de taille : rejoindre l’Algérie seul, et sans moyen de locomotion.

Lors d’une interview exclusive pour le Tribunal du Net, Debbraah nous a livré des anecdotes insolites sur son expérience. Découvrez-les sans attendre ci-dessous :

Les vidéos du jour à ne pas manquer

Paris-Alger : le défi d’une vie

C’est tout souriant et déterminé que Mehdi, plus connu sous le pseudonyme Debbraah, arrive à pied dans notre studio parisien. Cet habitué des rues de la capitale s’apprête à quitter la France pour entamer une longue marche en direction de l’Algérie. À quelques jours du grand départ, il trépigne d’impatience. « J’ai envie de partir là, tout de suite » , nous confie-t-il à diverses reprises.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par 🚶🏽‍♂️Debbraah🚶🏽‍♂️ (@debbraahworld)


Le périple de Debbraah a débuté le 5 mai dernier, depuis Melun. Au programme : environ 136 jours de marche pour une arrivée prévue à Alger. Pour y parvenir, il passera par les montagnes suisses, puis par l’Italie. Le jeune marcheur transgressera sa règle primordiale de ne pas emprunter de moyens de locomotion pour traverser la Méditerranée en bateau. Une fois arrivé en Tunisie, il terminera sa marche jusqu’à la capitale algérienne.

« Je vais dans mon pays d’origine, que je ne connais pas vraiment très bien. Je fais aussi un deuil, car j’ai perdu mon père il n’y a pas longtemps » , explique Mehdi lorsqu’il évoque ses motivations pour cette toute nouvelle expérience. Sur place, il compte faire une surprise à son grand-père, qui n’est pas au courant de sa venue. Espérons que l’exploit de son petit-fils ne lui arrive pas aux oreilles d’ici-là. Un exploit agrémenté d’une bonne action, puisque Debbraah a lancé une cagnotte qui permettra de construire un château d’eau.

Il a dû arrêter sa marche à cause d’une secte

Les précédentes marches de Debbraah l’ont aidé pour préparer cette nouvelle aventure. Le jeune Mehdi a débuté par un Paris-Marseille alors qu’il n’avait que 16 ans. Il a ensuite enchaîné avec une marche de 33 jours jusqu’à Venise, puis de 59 jours jusqu’à Copenhague. Entre-temps, il s’est également rendu en Espagne, toujours à pied. Il est désormais prêt à toutes les situations, même si rien n’est jamais sûr en terre inconnue.

Debbraah première marche

Chaque soir, Debbraah ne sait pas où il va dormir. Dans son sac à dos, il possède une toile de tente qui lui permet de passer la nuit en pleine nature si personne ne lui propose un toit. C’est dans ces conditions que l’apprenti aventurier a vécu l’une de ses plus grosses frayeurs : « je dormais un jour dans ma tente et je sentais tout autour de moi des grosses vibrations, des bruits de sabots et des cris pendant que je dormais » . Mehdi s’est rendu compte qu’il s’agissait de sangliers, qui auraient pu lui infliger de graves blessures s’ils l’avaient attaqué.

On est parfois mieux dehors qu’à l’abri. À Saint-Sébastien, Debbraah a dormi au sein de la secte des Douze Tribus. « Ils se tenaient tous les mains, tous ensemble, comme dans les films » , relate-t-il, avant d’ajouter que cette nuit d’horreur a compromis son périple initialement prévu jusqu’à Lisbonne : « je suis parti dans une crise de parano, je me suis dit qu’ils m’ont jeté un mauvais sort » . Malgré ces expériences terrifiantes, Mehdi peut se vanter d’avoir dormi dans un zoo, un château et même dans la voiture du maire de Châtillon-sur-Indre.

@debbraahworldDès notre arrivée en Suisse 🇨🇭 pendant la marche de Paris jusqu’à Venise on se retrouve à dormir dans un zoo 🐻♬ Epic – Joystock

Pire blessure et garde à vue… pas facile la vie de marcheur

Pour préparer ses itinéraires, Debbraah utilise Google Maps. Il lui arrive de sillonner des routes, mais aussi de marcher en pleine nature. Au Mont-Saint-Michel, il s’est enfoncé dans les sables mouvants à cause de son sac de 20 kilos. Il a finalement pu s’en sortir indemne, malgré un claquage à l’adducteur : « j’ai paniqué. À ce moment-là, il y avait un hélicoptère, j’étais à deux doigts de crier S.O.S » . Côté ampoules, il « n’y prête même plus attention » .

@debbraahworld L’application Maps parfois ils abusent c’est quoi ce chemin ? 😂 #chute #humour #mdr #pourtoi #viral #ptdr ♬ Edge – REZZ

Si Debbraah attire de nombreux curieux lorsqu’il passe dans des petits villages, il attise aussi la curiosité de la police. En Suisse, les forces de l’ordre lui ont confisqué son passeport car il était déclaré volé :  « j’ai dû aller jusqu’à Venise sans papiers » . À Mantes-la-Jolie, il a été confondu avec un consommateur de stupéfiants et placé en garde à vue. Le jeune homme relativise et préfère le prendre avec humour. Il a d’ailleurs inventé le concept de Gardav’ tour, où il note les commissariats à la manière de l’émission Bienvenue à l’hôtel.

@debbraahworld 🚨LE GARDAV’ TOUR🚨 vu que je commence à m’habituer au GAV sans raison je lance un nouveau concept 👮🏻‍♂️(vaut mieux rire de ses galères qu’en pleurer) #seconddegres #gardeavue #humour #sansebastian ♬ son original – DebbraahWorld

Des rencontres inoubliables grâce à sa grande communauté

Très actif sur les réseaux sociaux depuis le début de sa marche en Algérie, Debbraah savoure cette petite notoriété. « Je n’ai jamais eu à acheter d’eau du voyage, j’ai reçu plus d’invitation pour dormir qu’il y a de nombre de jours prévus pour cette aventure, c’est fou » , constate-t-il en quittant la France pour passer la frontière Suisse.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par 🚶🏽‍♂️Debbraah🚶🏽‍♂️ (@debbraahworld)

Sur son compte TikTok DebbraahWorld, l’influenceur-randonneur partage son quotidien à ses 379.000 abonnés, qui suivent également ses lives. Les internautes saluent son projet et apprécient sa simplicité et sa joie de vivre communicative. Certains chanceux, qui le croisent sur leur chemin, le suivent l’espace de quelques heures pour vivre son quotidien.

« J’ai une communauté vraiment bienveillante. C’est que du positif et ça me donne de la force » , constate Mehdi, en admettant tout de même qu’il apprécie la solitude pour se retrouver avec soi-même. On lui souhaite beaucoup de courage pour la suite de sa marche !

0