Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Interviews

« C’est un suicide à petit feu » : Johanna Kohl se confie sur les ravages de la drogue qui ont détruit son petit frère (vidéo)

Publié par Sacha JOUANNE le 20 Juin 2021 à 8:30
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Johanna Kohl est la grande sœur de Mickaël, un garçon de 29 ans qui s’est pendu en septembre 2019. Bien qu’une enquête soit encore ouverte pour déterminer les circonstances précises de sa mort, son décès a été provoqué par ses addictions à de nombreuses drogues.

La jeune femme a accepté de se confier au Tribunal du Net afin de revenir sur ce terrible drame. Découvrez son interview dans la vidéo ci-dessous.

Les vidéos du jour à ne pas manquer

>>> A lire aussi : « Elle a le triste surnom de maladie de suicide » : Diane, atteinte d’algie vasculaire de la face, se confie sur cette terrible maladie (vidéo)

Le petit frère de Johanna Kohl s’est pendu à une poutre à cause des ravages de la drogue

Le 12 septembre 2019, un jeune homme appelé Mickaël a mis fin à ses jours en se pendant à une poutre alors qu’il n’avait que 29 ans. Une nouvelle qui a anéanti sa grande sœur, Johanna Kohl.  « Au début, je n’y ai pas cru (…) J’ai simplement réalisé que c’était bien lui à l’institut Médico-légal de Strasbourg » . La jeune femme indique que ce sont « les ravages des addictions » qui ont provoqué le décès de Mickaël. Elle ajoute également qu’une enquête est aujourd’hui encore ouverte afin de déterminer les causes précises de sa mort.

Il faut tout de même savoir que cela faisait de longues années que le jeune homme avait des problèmes d’addictions. Il avait seulement 16 ans lorsqu’il a testé pour la toute première fois les drogues dures. Mais il était assez discret avec sa famille à ce sujet. Johanna Kohl a appris seulement en 2015 les gros problèmes de son petit frère car il s’est fait hospitaliser à la suite d’une overdose. Un moment qui a marqué la jeune femme. « C’est quand on a vu le médecin, mon père et moi, qu’on a appris ce jour-là que mon petit frère était un toxicomane » , a-t-elle confié avant d’ajouter. « On m’avait énoncé aux minimums dix drogues. On était abasourdi, on n’a rien compris » .

Johanna est alors littéralement tombée des nues lorsqu’elle a appris que son frère se droguait depuis de nombreuses années alors qu’elle n’avait jamais vu un seul signe qui aurait pu l’alerter. « On ne remarquait rien parce que déjà on ne savait pas ce que c’était, on ne connaissait pas les signes qui pouvaient le montrer » , a-t-elle témoigné en insistant. « On n’a rien vu » .

Des livres pour faire un « prolongement de sa vie »

Pour retracer l’histoire de son petit frère, Johanna Kohl a écrit plusieurs livres. Dans le premier, « Loin du noir je cherche la lumière, loin du noir vers un nouvel horizon » , la jeune femme raconte toute la vie de Mickaël, de son enfance jusqu’à son décès. C’était très important pour elle d’avoir écrit ces ouvrages.

« J’avais besoin de le faire renaitre, de faire un prolongement de sa vie. Ce qui m’embêtait c’est que les gens gardaient de lui l’image d’un toxicomane alors qu’il a été quelqu’un d’autre » , a-t-elle confié, avant d’ajouter. « J’avais envie de démontrer que ça n’arrive pas qu’aux autres mais à n’importe qui. (…) Il est temps d’agir, de sensibiliser sur ce sujet-là parce que ça vous mènera forcément vers la mort, c’est un suicide à petit feu » .

Un message pour sensibiliser contre les ravages de la drogue

Afin de sensibiliser les jeunes sur les ravages de la drogue, Johanna Kohl aimerait transformer ses livres en téléfilms. En plus de cela, elle a également pour projets de démarcher les écoles ou encore de créer une association contre la drogue.

Durant cette interview, Johanna Koh a voulu faire passer un message : « La chose primordial, c’est d’en parler et surtout ne pas avoir peur du jugement. Mais surtout de garder espoir parce qu’on peut devenir abstinent et que jamais rien n’est perdu. (…) La vie elle vaut la peine d’être vécue donc plutôt que de se gâcher avec ces addictions-là qui vous mèneront automatiquement dans la tombe » .

>>> A lire aussi : « Quand on m’a dit cancer du sein, j’étais plus que surpris » : Franck Marandet se confie sur son cancer du sein qu’il a attrapé à 41 ans, une maladie très rare chez les hommes ! (vidéo)

0