Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. People

Brigitte Macron victime de rumeurs transphobes : la justice a tranché

Publié par FJ le 09 Mar 2023 à 18:10
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Il y a quelques mois, en décembre 2021 précisément, Brigitte Macron portait plainte contre deux femmes, l’une se prétendait journaliste indépendante, l’autre médium, pour avoir fait circuler des rumeurs transphobes. Elles avaient assuré que la Première dame s’appelait en réalité Jean-Michel. Et selon les informations dévoilées par Le Parisien ce mercredi 8 mars 2023, la justice a enfin tranché sur le sujet.

brigitte macron victime rumeurs transphobes justive

© Capture d’écran TF1

>>> À lire aussi : Brigitte Macron : Ce nouveau rebondissement dans l’affaire Jean-Michel Trogneux

Brigitte Macron visée par des rumeurs

C’est en décembre 2021 que cette affaire a commencé. Deux femmes qui se prétendent être journaliste indépendante et médium avaient diffusé des articles sur Internet par lesquels étaient assuré que Brigitte Macron était en réalité un homme, né sous le nom de Jean-Michel. Rapidement, la Première dame avait décidé de prendre le taureau par les cornes en annonçant qu’elle allait porter plainte.

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER

Une décision qui va de pair avec ses convictions puisque la femme d’Emmanuel Macron se bat depuis plusieurs années maintenant contre le harcèlement et mène pléthore de campagne à ce sujet : « Si je ne fais rien alors que ça fait quatre ans que je suis contre le harcèlement, je ne suis pas audible » assurait-elle.

>>> À lire aussi : « Si je suis malade » : Brigitte Macron fait une étrange confidence

La justice rend son verdict

Et ce mardi 7 mars 2023, le tribunal de Paris a rendu son verdict. Selon nos confrères du Parisien, la plainte concernant « une atteinte au respect de la vie privée et au droit à l’image » déposée par Brigitte Macron a été annulée.

La raison a ensuite été évoquée, le tribunal explique que la plainte aurait dû être constituée par le motif suivant « diffamation publique ». Bien décidée à ne pas laisser passer cette affaire, la Première dame a déjà porté plainte en janvier 2022 avec constitution de partie civile avec cette même qualification. L’action est toujours en cours. Affaire à suivre…

>>> À lire aussi : « C’est un scoop » : Brigitte Macron balance sur le projet d’Emmanuel Macron pour 2027