Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. People

Corinne Masiero se dénude sur le tapis rouge des Magritte

Publié par Leslie le 05 Fév 2019 à 7:33
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Corinne Masiero est aussi excentrique sur scène que dans la vie. La comédienne n’a en effet pas hésité à se dénuder sur le tapis rouge des Magritte du cinéma, en Belgique.

La suite après cette publicité

Corinne Masiero : Son comportement excentrique sur le tapis rouge des Magritte

Corinne Masiero était donc invitée sur le tapis rouge des Magritte, en Belgique. Elle est apparue dans une tenue casual avec bottines noires, jean délavé, blazer noir et collier. Elle s’est prêtée au jeu des paparazzis en prenant la pose devant les objectifs, notamment en faisant le signe « Peace and Love ». Mais, la comédienne est connue pour ses excentricités et elle n’a pas dérogé à ses traditions.

La suite après cette publicité

 

En effet, la séance de photos a rapidement pris une autre tournure lorsque Corinne Masiero a touché sa poitrine en portant un index dans sa bouche, comme le font les mannequins. Mais, elle ne s’est pas arrêtée là puisqu’elle a fini par soulever son t-shirt afin de montrer sans pudeur son ventre ! Les journalistes ne se sont pas faits prier pour la photographier.

 

La suite après cette publicité

Corinne Masiero aime se dénuder lors de grands événements

Mais, ce n’est pas la première fois que Corinne Masiero se dénude lors d’un grand événement. En effet, le 22 août dernier, la comédienne de 55 ans en a beaucoup montré sur le tapis rouge du Festival du Film francophone d’Angoulême. Elle a une nouvelle fois soulevé son t-shirt mais, pour y dévoiler ses seins, cette fois-ci. Toujours excentrique et pleine de surprises, la compagne de Nicolas Grard s’est présentée avec un gilet jaune sur la tête pour protester contre toutes les violences abusives subies durant les manifestations.

 

La suite après cette publicité

Elle avait même interrompu le chroniqueur Maxime Switek. « Comment on peut ne pas se crisper quand on voit une violence pareille quoi ? Y a quand même des gens qui ont perdu oeil, main… C’est quoi, c’est des images de quoi ça ? De voir des chars dans les rues, ils tapent sur les caméras, comme tu dis, putain c’est quand même grave ça ! On est où là ? On est où ? ». 

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.