Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. People

« On savait qu’il aimait les femmes jusqu’à l’excès » : Jacques Legros balance sur PPDA (vidéo)

Publié par Fanny Jacob le 05 Oct 2022 à 18:24
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Patrick Poivre d’Arvor était journaliste chez TF1, mais a été renvoyé. Ce dernier est accusé par 21 femmes d’agressions sexuelles et de viols durant la période où il travaillait pour la chaîne. Ce mercredi 5 octobre 2022, son ex-collègue de TF1, le présentateur Jacques Legros, a décidé de prendre la parole. Publiquement, il a notamment avoué que PPDA aimait beaucoup les femmes et que tout le monde le savait. Découvrez ses propos dans la vidéo ci-dessous.

La suite après cette publicité

A lire aussi : « Des coups de p*te » : Jacques Legros jaloux de Jean-Pierre Pernaut ? Nathalie Marquay balance (vidéo)

Le présentateur Jacques Legros en dit plus sur le rapport aux femmes de PPDA

Depuis la publication de 19 témoignages de plaignantes par Mediapart, tout semble accuser PPDA au sujet de ces agressions sexuelles et ces viols. Beaucoup de récits relatent ses comportements abusifs, mais aussi son rapport avec les femmes. Dernièrement, ce 5 octobre, Jacques Legros a pris la parole au sujet de son ancien collègue. Face à Philippe Vandel sur Europe 1, ce dernier a avoué que toute l’équipe de TF1 avait conscience des penchants abusés de PPDA pour les femmes.

La suite après cette publicité

Dans le cadre de la promotion pour la sortie de son livre Derrière l’écran, Jacques Legros a notamment déclaré qu’il ne pensait cependant pas que PPDA irait jusqu’au viol. « Je ne dis pas que je n’ai pas un avis, mais encore une fois… Ça on n’arrive pas à le faire comprendre. Je ne parle pas au nom de la direction de TF1 de l’époque, mais… Poivre, on savait qu’il aimait les femmes jusqu’à l’excès, ça on le savait tous. Absolument tous » , a-t-il dit.

revelations Jacques Legros PPDA (2)

A lire aussi : « On ne met rien dans la bouche d’une anorexique, surtout pas un pénis d’homme » : les propos glaçants de Stéphanie Khayat, journaliste qui a travaillé avec PPDA pendant plusieurs années

« Quand on voyait une fille, on se disait ‘Pourvu que Poivre de la croise pas' »

La suite après cette publicité

« Mais, à chaque fois qu’on voyait passer une jeune fille jolie, on se disait : ‘Ah, pourvu que Poivre (PPDA) ne la croise pas’. Mais c’est tout ! Et ça, ce n’est pas un délit encore » , a précisé le présentateur. Ce à quoi a répondu Philippe Vandel :  « Tout dépend ce qu’on met dans le mot ‘excès’ » . « ‘Excès’, en nombre de femmes qu’il croisait. C’est tout ce qui se savait, le reste, c’était derrière la porte » , a répliqué le Joker du JT.

Beaucoup de témoignages assurent notamment que PPDA prenait les femmes comme des « bouts de viande » . Une relation avec le gent féminine sans respect, selon la plupart des plaignantes.

A lire aussi : « Il a essayé de m’embrasser. Ça m’a dégouté » : une stagiaire, victime présumée de PPDA témoigne (vidéo)

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.