Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. People

Les confessions touchantes de Cœur de Pirate sur son viol conjugal

Publié par Curtis Macé le 08 Juin 2018 à 7:09
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

La suite après cette publicité

A l’occasion de la sortie de son nouvel album, Cœur De Pirate était l’invitée de Daphné Burki sur Europe 1. Le morceau « Je veux rentrer » a suscité beaucoup de questionnements.

 

« Je me suis dit qu’il était temps que j’en parle sinon j’allais exploser »

La suite après cette publicité

C’est le quatrième album de la jeune femme, Cœur de Pirate, qui est sûrement le plus personnel de tous ses albums. Le morceau « Je veux rentrer » a suscité beaucoup de questionnements chez ses fans. En effet, c’est une chanson qui raconte le viol conjugal qu’elle a subi. Elle explique alors pourquoi elle n’en parle que maintenant : « Je me suis dit qu’il était temps que j’en parle sinon j’allais exploser, a-t-elle confié, le mouvement #MeToo a fait ressortir chez moi des choses que j’avais vécues ». La chanteuse continue : « Je ne sais pas si ça a permis de réparer quelque chose. Ce sera toujours brisé en moi. Mais cela permet de me confronter à la personne ».

 

La chanteuse restera marquée à vie par cet événement mais elle a décidé de tourner la page en racontant son histoire. Elle ne mentionne cependant pas le nom de son violeur mais elle respecte énormément celles qui dénoncent leur violeur : « Je salue la force des femmes qui sont allées de l’avant et qui ont nommé leurs agresseurs. Je trouve ça vraiment courageux ».

La suite après cette publicité

 

La jeune chanteuse s’était déjà confiée un mois plus tôt dans le journal québécois « La Presse » et elle avait notamment bien affirmé que c’était un « viol conjugal » et non un simple viol. Ses choix artistiques pour la musique étaient parfaitement représentatifs : « J’ai utilisé une base de tango dans la musique. Il y a une tension dans le tango. De la faire sur scène, où j’utilise mon corps, c’est comme si je me réappropriais les événements, et pas le contraire, a-t-elle raconté, ça me permet de passer à travers ».

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.