Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. People

Cette princesse épouse un roturier : elle en paye le prix fort (vidéo)

Publié par Hugo Plassot-Moizan le 28 Oct 2021 à 8:23
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

La nièce de l’empereur du Japon Naruhito, la princesse Mako s’est mariée il y a quelques jours. Mais son union l’a conduite à devoir quitter la famille impériale. C’est le statut de son époux qui a causé ce problème. Découvrez les images ci-dessous.

 

>>> À lire aussi : Mariage : Le métier de cette jeune femme va vous choquer

Une union controversée

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER

Tout commence en 2017. La princesse Mako, nièce de l’empereur Naruhito (depuis 2019), annonce ses fiançailles. Jusqu’ici, rien de spécial. Mais la princesse s’est fiancée avec Kei Komuro, un roturier. C’est là que débute la polémique pour la jeune femme. La surmédiatisation de cette union dans le pays a beaucoup pesé sur la jeune femme. L’Agence impériale japonaise avait déclaré que la princesse souffrait d’un syndrome « complexe » de stress post-traumatique en raison de la couverture médiatique l’ayant entourée elle et sa famille.

Connu pour son respect des traditions, le Japon tout entier a vu d’un mauvais œil cette union. De plus, le mariage a été repoussé afin que Kei Komuro puisse aller faire ses études de droit aux Etats-Unis en 2018. Le futur marié n’a pas arrangé son cas lorsqu’il est revenu au pays, seulement un mois avant la cérémonie et avec une queue-de-cheval qui a pu faire la une des médias locaux.

Un mariage bouleversé

Avant de se marier, le couple a dû ce week-end, valider leur certificat de mariage auprès d’un bureau du gouvernement local. C’est à ce moment qu’elle a perdu son titre royal. Le tout au moment de fêter ses 30 ans. Peu de temps avant, l’institution impériale s’est montrée ferme face à ce mariage. Elle a indiqué que la cérémonie de mariage, le banquet de réception et d’autres rituels n’auraient pas lieu.

En plus de ce mariage très sobre et sans grande célébration, le paiement forfaitaire accordé habituellement aux femmes de la maison impériale qui épousent des roturiers, et pouvant atteindre 153 millions de yens (1,2 million d’euros), ne serait pas octroyé. Une situation que le couple a acceptée.

La princesse Mako et Kei Komuro, se sont officiellement dit oui, mardi 26 octobre au sein de la résidence impériale d’Akasaka à Tokyo. Un mariage en petit comité et à l’abri de caméra. C’est à ce moment que la jeune femme a dû mettre un terme à sa vie sous le titre impérial.

Abonnez vous à la Newsletter TDN

Des adieux et une nouvelle vie

Ce mardi, donc, la jeune princesse Mako a dû faire ses adieux à sa famille et plus globalement à la famille impériale japonaise. Devant un parterre de journalistes, la jeune femme a dit au revoir à ses parents, le prince héritier Fumihito d’Akishino et la princesse Kiko, sa sœur la princesse Kako et son petit frère le prince Hisahito.

Désormais, les jeunes mariés vont bientôt s’envoler vers les Etats-Unis. Là-bas, ils vont poursuivre leur carrière respective d’avocats. Un « exil » volontaire pour le couple qui faisait face à de nombreuses critiques concernant leur union depuis 2017 et l’annonce de leurs fiançailles.

>>> À lire aussi : Lady Diana : Une photo inédite de la princesse dévoilée