Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. People

« Tout le monde savait que ça partouzait »: Clovis Cornillac se confie sur une célèbre affaire

Publié par Mia le 20 Nov 2022 à 6:51
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Actuellement à l’affiche du téléfilm « Après le silence » sur France 2, Clovis Cornillac est un acteur, mais aussi un réalisateur. Dans ce cadre, il connait parfaitement bien le milieu du cinéma et de la production de films. Et c’est justement avec sa connaissance du secteur qu’il avoue aujourd’hui avoir été très surpris lorsque l’affaire Harvey Weinstein a éclaté au grand jour. Il explique pourquoi.

Clovis Cornillac harvey weinstein (1)

À lire aussi : Harvey Weinstein : de nouvelles révélations accablantes

Clovis Cornillac : « tu ne sais pas que, derrière, il y a de la maltraitance »

En 2017, le réalisateur mondialement connu Harvey Weinstein était accusé de prédation sexuelle et de viol par des dizaines de victimes. Des témoignages se sont succédé, enterrant sa carrière et sa réputation sous les plaintes et un cancel massif initié par le #MeToo. Un hashtag né avec la révélation de cette affaire par le New York Times, libérant la parole des victimes d’agressions sexuelles.

Face à l’ampleur de cette affaire, de nombreux acteurs du milieu étaient tout simplement choqués. D’autres, eux, étaient plus surpris qu’autre chose. C’est notamment le cas de l’acteur et réalisateur français Clovis Cornillac. Alors très engagé dans le combat contre le sexisme, il était même un des premiers à prendre la parole suite à la publication de l’article du New York Times.

« Tout le monde savait que ça partouzait. Tout le monde savait », avait-il notamment lâché en 2018 dans l’émission « Le Grand Oral des Grandes Gueules ». Clovis Cornillac avouait cependant que même si les pratiques sexuelles du milieu étaient connues de tous dans l’univers de la production et du cinéma, il n’était pas toujours évident de déceler les abus.

Ce fut le cas dans le cas d’Harvey Weinstein qui était alors adulé par tous avant que n’éclate l’affaire. « Le nombre de personnes qui font ce genre de trucs, tarifés, partouzes etc. Quand tu ne fais pas partie de ça, tu ne sais pas que, derrière, il y a de la maltraitance. Franchement, aucune actrice ne me l’avait dit. De ma vie, je n’ai jamais été témoin de ça, ni avec des gens en France, alors que je sais que ça existe. »

Clovis Cornillac harvey weinstein (1)

À lire aussi : Harvey Weinstein : ses trois filles ont coupé les ponts

#BalanceTonPorc : quand les réseaux brisent le sentiment d’impunité

Clovis Cornillac explique aussi qu’étant donné l’imposante posture du réalisateur dans le milieu, beaucoup n’osait pas dénoncer ses agissements. De son côté, il affirme néanmoins que s’il avait été témoin de ses abus sexuels, il aurait réagi. « Si j’avais été témoin de ça, je ne me vois pas dire ‘Oh non, c’est Weinstein, c’est pas grave.’ […] Là, on parle de citoyen ! Tant pis. Après, comment tu vis si tu regardes quelqu’un en train de faire ça à une femme ?! Mon problème, ce n’est plus le cinéma à ce moment-là. Tu te dis juste que c’est un malade« , déclarait-il.

Clovis Cornillac fait ainsi référence à la position presque « intouchable » d’Harvey Weinstein, ce qui a dissuadé beaucoup de victimes à porter plainte dans un premier temps. Il existe d’ailleurs un documentaire sur cette affaire qui s’axe sur cette facette.

Néanmoins, Clovis Cornillac avait émis quelques réserves quant au hashtag #BalanceTonPorc, né également avec l’affaire Weinstein. « Ce que je trouve bien, c’est que la parole sorte. Ça me semble important. Après, le souci que ça peut engendrer, c’est que demain par exemple, quelqu’un peut dire sur moi : ‘Il m’a mis la main aux fesses’. Alors là, comment on fait ? Est-ce qu’on se dit que ce sont les dommages collatéraux ? Là, je serais très en colère, blessé. Je ne sais pas comment on réagit à ça. Moi, je ne suis pas sur les réseaux sociaux. Je ne m’occupe pas de ça », expliquait-il chez les Grandes Gueules.

À lire aussi : Affaire Weinstein : Un accord financier trouvé avec ses accusatrices

0