Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Des « boites à bébés » installées dans la rue en Corée du sud, permettent d’abandonner son enfant de façon plus « sécurisée »…

Publié par Charlene le 22 Juil 2017 à 11:37
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Des boites à bébés pour l’abandon

Lee Jong-Rak, pasteur à l’église de Jusarang, à Séoul, en Corée du sud, a l’habitude de retrouver des bébés déposés devant l’établissement. Il explique que beaucoup de mères abandonnent leur bébé sur le pas de la porte. Ne pouvant empêcher ce fait, il a décidé de trouver une solution afin que le bébé abandonné soit au moins en sécurité. Il a donc eu l’idée d’inventer des « boites à bébé ». Il s’agit en fait d’une niche, à température contrôlée et dotée d’un couffin, dans laquelle la mère souhaitant restant anonyme peut déposer son enfant… Un bouton permet ensuite de prévenir des assistantes maternelles qui viennent immédiatement récupérer l’enfant.

La suite après cette vidéo
abandonBusan ddadang
boites a bebesMPAK Blog

Un dispositif assez vieux mais peu connu

Le dispositif est controversé, mais permet à minima, que les abandons se fassent dans de meilleures conditions. Il existe également des agences d’adoption où les mères peuvent abandonner leurs bébés. Mais celles-ci exigent, depuis 2012, un certain nombre d’informations sur la mère. À noter que les employeurs peuvent retrouver ce genre de passif et que cela constituerait, évidemment, un frein à l’embauche. Les mères célibataires, qui n’ont pas les moyens d’élever leurs enfants seules, optent donc souvent pour l’abandon anonyme… Notons qu’à l’époque, les églises disposaient parfois de dispositifs similaires. Il s’agissait de tours d’abandon, dans lesquelles les mères pouvaient déposer leurs bébés.

tour abandon egliseWikimedia Commons

Le système de ces boites à bébés se développerait également en Europe et un peu partout dans le monde. Que pensez-vous de ces dispositifs ?

Crédit photo à la une : Busan ddadang