Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

Coronavirus : les images chocs des poumons d’une femme atteinte du virus !

Publié par Tom le 05 Fév 2020 à 22:00

Voici les premières images de poumon d’une patiente atteinte du coronavirus. Ces poumons appartiennent à une femme de 33 ans résidant en Chine. Découvrez les images de ces poumons dans la vidéo ci-dessous.

À lire aussi : La Chine a-t-elle vraiment ordonné de se débarrasser des animaux de compagnie ?

Les premières images de poumons infectés par le coronavirus

Alors que le coronavirus continue de se propager – près de 25 000 cas dans le monde – et de tuer – environ 500 morts en Chine, des images de poumons infectés par le virus ont été dévoilés. Ces poumons sont ceux d’une femme de 39 ans, qui est hospitalisée dans la ville de Lanzhou, en plein cœur de la Chine.

Elle pensait avoir de la fièvre

Cette trentenaire se rendait à l’hôpital car elle avait 39° de fièvre. Les médecins pensaient alors à une pneumonie. Très vite, ils changent d’avis et se rendent compte qu’ils sont face à un cas du coronavirus. Ils ont pu détecter ce virus grâce à des radiologies des poumons de la jeune femme.

À lire aussi : Coronavirus : en Chine, s’ils ne portent pas de masque la population se fait interpeller par des drones (Vidéo)

Comment une radio des poumons montre le coronavirus ?

Ces radiographies des poumons, publiées dans la revue Radiology, permettent de mieux connaître les effets concrets du coronavirus. “Si vous zoomez sur l’image, cela ressemble à un verre pâle qui a été broyé”, explique un radiologue à l’Université Thomas Jefferson. “Ce qu’il représente, c’est du fluide dans les espaces pulmonaires” , a ajouté le spécialiste. En oubliant le virus, les médecins pourraient penser à une pneumonie, « car c’est la chose la plus courante » et que cet effet de verre pilé ne suffit pas pour en déduire le coronavirus, ajoute Paras Lakhani.

En revanche, c’est justement dû au prolongement de cet effet de verre dépoli, que les médecins ont pu constater le coronavirus. Cet effet prolongé jusqu’aux bords des poumons du patient est lui bien plus rare, qui était déjà observé avec le SRAS entre 2002 et 2003. La deuxième photo, prise trois jours après la première, montre une importante progression de ces taches blanches, et malgré la prise en charge de la patiente par les médecins. “La pneumonie ne progresse généralement pas rapidement. En règle générale, la plupart des hôpitaux traitent avec des antibiotiques, et les patients se stabilisent et voient leur état s’améliorer” , explique à nouveau Paras Lakhani. Rappelons que le coronavirus reste toujours sans vaccin.

À lire aussi : Coronavirus en France : les rapatriés sont en quarantaine dans un centre de vacances !