Publicité
Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

Covid-19 : Le pic de la seconde vague arrive très vite et ça va faire TRÈS mal

Publié par Quentin le 10 Nov 2020 à 14:49

Alors que la pandémie de Covid-19 frappe encore et toujours le monde entier, la situation de certains hôpitaux est très difficile. Martin Hirsch, le Directeur général de l’AP-HP, a pris une nouvelle fois la parole pour s’exprimer au sujet de la seconde vague de Covid-19. Selon lui, le pic de l’épidémie pourrait arriver en fin de semaine.

Covid-19 : le pic épidémique d’ici 7 jours ?

En France, des milliers de cas positifs au Covid-19 sont recensés chaque jour et les hôpitaux sont de plus en plus saturés. Des chiffres qui ne cessent de grimper encore et toujours. Martin Hirsch, Directeur général de l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris est venu s’exprimer sur le plateau de France Inter concernant la deuxième vague et le reconfinement.

Mais alors, quand arrivera le pic de l’épidémie ? D’après lui, une chose est sûre, le pic est devant nous. Il y a des probabilités pour qu’il survienne dans quelques jours, le week-end du 14 novembre prochain. « C’est à peu près ce que disent les modèles, on a encore sept ou huit jours d’augmentation du nombre de patients« , a-t-il expliqué au micro de Léa Salamé.

patients réanimations séquelles

A lire aussi >>> Covid-19 : Quand une personne contaminée atteint son pic de contagiosité ?

Continuer les efforts

Pour le Directeur de l’AP-HP, le confinement était encore une fois inévitable pour faire face à la seconde vague de Covid-19. Alors que la situation épidémique semble être sur la voie de l’amélioration, Martin Hirsch espère que les Français continueront à faire les efforts nécessaires pour stopper les contaminations. « On peut espérer que ces progrès continuent à condition que les efforts continuent strictement« , a-t-il souligné. Un rappel qui ne sera jamais de trop.

Au niveau des chiffres d’hospitalisations, une partie commence à diminuer. Mais ce n’est pas le cas de toutes les régions, comme l’explique Martin Hirsch. En effet, le taux de doublement (=passer de 100 à 200 patients en réanimation) est un peu ralenti en Ile-de-France, alors qu’il continu de progresser fortement dans d’autres régions du territoire. On parle notamment de la région Auvergne-Rhône-Alpes, où la situation est de plus en plus insoutenable.

A lire aussi >>> Covid-19 : la situation est-elle aussi grave qu’au pic de l’épidémie au printemps ?