Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Le Covid-19, une MST ? Ce que révèle une nouvelle étude

Publié par Claire JONNIER le 08 Mai 2020 à 17:36
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

On connaissait sa présence dans le sang, dans les selles et dans la salive mais récemment, des chercheurs chinois en retrouvent même dans du sperme ! En tous les cas, c’est le fruit des recherches sur les personnes ayant déjà contracté le covid-19. Alors évidemment, ça interpelle et surtout, ça pose la question de la transmission.

>> À lire aussi : Christophe Castaner : cette photo qu’il regrette amèrement…

Covid-19 : des traces retrouvées dans le sperme

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER

Du côté de Pékin, les chercheurs chinois continuent leurs investigations autour du covid-19. Et récemment, ils ont fait une découverte étonnante et qui pose un certain nombre de questions. En effet, sur 38 hommes hospitalisés à Shangqiu, dans la province du Henan, six d’entre eux ont du sperme positif au coronavirus.

Cela représente 16 % des patients. À noter tout de même que ce sont des patients qui sont passés par des symptômes extrêmement aigus de la maladie ou alors, qui sont en rémission. Pour le moment, c’est une étude qui est encore « limitée par la faible taille de l’échantillon » et les chercheurs stipulent qu’il faudra faire d’autres études complémentaires pour mieux comprendre la durée de vie du virus dans le sperme mais surtout, les conditions de transmission !

coronavirus

>> À lire aussi : McDonald’s : dévoile des grands changements pour ses clients du déconfinement !

Doit-on redouter un processus semblable à une MST ?

C’est toute la question que pose cette étude chinoise avec la présence du covid-19 dans le sperme. En effet, dans ces cas-là, la question de la transmission par relations sexuelles se pose, au même titre qu’une maladie sexuellement transmissible. Pour le moment, et comme le stipulent les scientifiques chinois, des recherches sont encore en cours de manière à pouvoir déterminer les conditions de transmission.

Quoi qu’il en soit, les personnes atteintes par le virus doivent de toute manière prendre leurs distances pour éviter la contamination d’autres personnes et de leurs proches. Donc à défaut de nouvelles informations, le mode de transmission privilégiée reste par voie de gouttelettes d’où l’importance du masque de protection et pas encore de la capote.