Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Nouvelle découverte majeure sur la destruction des tumeurs cancéreuses

Publié par Charlène Deveaux le 07 Fév 2022 à 7:02
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

La recherche toulousaine vient de détecter le rôle majeur de certains vaisseaux sanguins dans la destruction des tumeurs cancéreuses. Une première mondiale.

>>> À lire aussi : Florent Pagny atteint d’un cancer : Quels sont les symptômes qui ont alerté le chanteur ?

Mauvaise nouvelle pour le cancer

Il y a des news qui donnent le smile. L’Institut de pharmacologie et de biologie structurale (IPBS), situé à Toulouse, vient de faire une découverte prometteuse pour l’avenir scientifique et la lutte contre le cancer. En effet, l’équipe de Jean-Philippe Girard, immunologiste et directeur de l’IPBS, vient de mettre en avant la fonction qu’on certains vaisseaux sanguins dans la destruction des tumeurs cancéreuses, lors de traitements par immunothérapie. Une avancée conséquente et surtout une première mondiale, suite à un travail acharné de 19 auteurs pendant 8 ans.

Si les scientifiques arrivent à créer un passage vers la tumeur, de nouvelles perspectives de traitements peuvent être envisagées. « Pour obtenir des résultats, il faut comprendre comment les traitements fonctionnent. On savait que l’immunothérapie permet de réactiver les lymphocytes tueurs pour qu’ils détruisent les cellules cancéreuses. Mais on ignorait comment ils entraient. » expliquait Jean-Philippe Girard.

cancer

L’immunothérapie

« Nous venons de démontrer que, lors d’un traitement par immunothérapie, les vaisseaux HEV sont la porte d’entrée majeure des lymphocytes, et c’est un vrai tournant » continuait Jean-Philippe Girard. L’immunothérapie désigne un traitement qui vise, pour les molécules utilisées dans le mélanome, à pousser les défenses immunitaires de l’organisme contre les cellules cancéreuses. Deux types de molécules d’immunothérapie sont exploitées : les anticorps monoclonaux et l’interféron alpha.

Il existe néanmoins certains effets secondaires sévères en lien à cette thérapie, comme la suractivation du système immunitaire, pouvant aller notamment jusqu’à l’apparition de maladies auto-immunes. Des complications qui s’expliquent par le fait que cette pratique rend les globules blancs très agressifs, qui se mettent, au-delà de la tumeur, à tuer les cellules saines du patient. Pourtant, malgré ces risques, les scientifiques envisagent à l’avenir un traitement qui augmenterait les vaisseaux HEV dans les tumeurs, afin de renforcer l’efficacité de l’immunothérapie, et ainsi, éradiquer définitivement les cellules cancéreuses.

>>> À lire aussi : Brigitte Bardot face à la maladie : sa vie en danger ?

0