La peste d’Athènes, la grippe espagnole… Découvrez les grandes pandémies qui ont marqué l’histoire

Publié par le le 24 Aug 2020

5. La grippe espagnole (1918-1919)

La grippe espagnole est causée par un virus de type A H1N1, particulièrement virulent. D’origine asiatique, elle arrive ensuite aux États-Unis. Puis, elle traverse ensuite l’Atlantique par les soldats venus aider la France. Si elle est qualifiée de grippe espagnole, c’est parce que le pays, non soumis à la censure et à la guerre, fait le constat des nouvelles alarmantes. Éteinte en avril 1919, la grippe espagnole a tué 20 à 30 millions de personnes en Europe. De plus, pratiquement aucune région du globe n’a été épargnée, faisant plus de 50 millions de morts au total dans le monde. On estime qu’un tiers de la population mondiale a été infecté.

 

6. La grippe asiatique (1956-1957)

Après celle de 1918, la grippe asiatique est la deuxième pandémie grippale la plus mortelle. Liée au virus influenza H2N2, elle causera deux à trois millions de morts dans le monde. Pour la France, il y a plus de 100 000 morts, soit 20 fois plus qu’une grippe saisonnière classique. Parti de Chine, le virus gagne Hong Kong, Singapour et Bornéo, puis l’Australie et l’Amérique du Nord avant d’arriver en Europe et en Afrique. Quelques années plus tard, celle-ci va muter en H3N2 pour provoquer une nouvelle pandémie en 1968-1969, surnommée “grippe de Hong Kong”. La grippe asiatique marquera le début des premiers vaccins anti grippaux efficaces.

7. Le sida (1981-aujourd’hui)

Le virus du sida apparaît au grand jour en 1981. En effet, elle est apparue lorsque l’agence épidémiologique d’Atlanta, aux États-Unis, alerte sur des cas inhabituels de pneumocystose (une pneumonie rare présente chez les patients immunodéprimés). Originaire de Kinshasa (République démocratique du Congo), il est identifié que deux ans plus tard. Effectivement, c’est en 1983, qu’une équipe de chercheurs de l’Institut Pasteur, dirigée par Luc Montagnier, identifie le VIH. Au plus fort de l’épidémie, dans les années 2000, deux millions de personnes meurent chaque année à cause de ce virus. Aujourd’hui, 36,9 millions de patients vivent avec le VIH. De plus, les traitements antirétroviraux ont permis de réduite considérablement la mortalité.

À lire aussi: Les dessins de presse les plus cinglants de la semaine !

Publié par Lucie le 24 Aug 2020
0