Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Science

Scandale du Boeing 737 Max: un logiciel et des ordinateurs de vol défectueux mis en évidence…

Publié par Salomee le 18 Avr 2020 à 10:21

Le 737 Max est un modèle de Boeing ayant provoqué la mort de 346 personnes entre le crash de Lion Air, abîmé en mer de Java le 29 octobre 2018 et celui d’Ethiopian Airlines qui s’est écrasé au sol 6 minutes après le décollage de l’aéroport d’Addis-Abeba, en Ethiopie. Le logiciel intégré à l’appareil relève de sérieux dysfonctionnements. Mais ce n’est pas tout. En effet, les stress tests réalisés sur les ordinateurs de vol montrent leurs limites. Retour sur ces nouvelles informations dramatiques. 

À lire aussi: Coronavirus : selon une étude chinoise, un transmission est possible jusqu’à 4 mètres !

Des ordinateurs de vols désuets

Le Boeing 737 Max est équipé de FCC-730 et d’un logiciel nommé MCAS, les deux jouant un rôle clé dans les différents crashs. 

En effet, les FCC-730 sont des ordinateurs de vol conçus en 1996 pour équiper le Boeing 737 Next Generation., ils possèdent deux processeurs simple-cœur 16 bits, deux processeurs redondants permettant de mieux sécuriser le traitement des données. En plus de réduire la capacité de calcul, ce système « mieux sécurisé » avait déjà un train de retard, même à cette époque: selon The Verge, « Nintendo avait déjà remplacé sa console SNES 16 bits par la Nintendo 64 […] et IBM avait créé le premier processeur double-cœur. » . 

De plus, les FCC-730 « sont vulnérables aux erreurs sur un seul bit qui peuvent désactiver des systèmes de contrôle entiers ou jeter l’avion dans une plongée non commandée. Ils ne parviennent pas à démarrer correctement. Ils peuvent même “geler” en mode pilote automatique, même lorsque l’avion est en plein décrochage, ce qui pourrait entraver les efforts de récupération au milieu d’une urgence en vol » , rapporte le site d’informations spécialisé. 

L’installation d’un logiciel chaotique

En 2010, l’entreprise réputée ne voulait perdre aucun retard sur son concurrent Airbus, qui venait de sortir un avion commercial beaucoup moins polluant que le Next Generation de Boeing. Il fallait rebondir et sortir un avion du même type rapidement. Boeing a donc décidé de construire un nouveau modèle en même pas 5 ans. Ce moment a signé la naissance du 737 Max. 

Ce nouveau bijou aéronautique a un hic : il possède des moteurs plus gros qui ont pour conséquences de perturber la bonne circulation de l’air sur les ailes et les capteurs de l’avion. Pour contrer ce problème rapidement, l’entreprise installe un logiciel correctif : le MCAS. En effet, il permet de contrer un relâchement des commandes de vol lorsque l’avion réalise une ascension à angle élevé. Ce petit logiciel, à première vue inoffensif, s’est avéré extrêmement dangereux. 

En effet, il peut s’activer au mauvais moment et provoquer « une boucle infinie de piqués du nez » , si les pilotes ne réagissent pas très rapidement. C’est ce qu’il s’est passé juste avant les deux crashs meurtriers du 737 Max. 

En attendant, la firme tente de rassurer. En effet, les 737 Max sont cloués au sol depuis mars 2019 et attendent des modifications pour être remis sur le marché. Boeing affirme donc que les problèmes identifiés peuvent être réglés rapidement. Après deux terribles accidents, la confiance des utilisateurs n’est plus la même. L’entreprise ne doit absolument pas se manquer. 

Source: Korii. 

À lire aussi: Le plus vieil ADN au monde a pu être analysé sur une dent d’un cannibale

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.