Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Cigarettes : Si vous subissez une opération, il est primordial d’arrêter de fumer

Publié par Brandon Clouchoux le 30 Juin 2021 à 5:30
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

L’heure de l’opération arrive à grands pas… et vous n’avez toujours pas arrêté le tabac ? Sachez pourtant, qu’il est fortement déconseillé de fumer avant une opération, aussi anodine qu’elle puisse paraître.

Publicité

Des problèmes au niveau de la cicatrisation

Le tabac empêche une bonne cicatrisation, et de nombreuses études scientifiques insistent sur ce problème. « Oui, les gens qui fument cicatrisent plus mal que les autres, et ce pour tous les types d’interventions. Il faut donc arrêter de fumer avant et ne pas reprendre juste après » , affirme Philippe Cuq, chirurgien vasculaire.

C’est loin d’être le seul problème : les fumeurs/fumeuses sont victimes d’une augmentation considérable des facteurs du risque d’accidents cardiovasculaires ou pneumologiques. De ce fait, une opération n’est pas sans conséquence. On retrouve généralement des complications liées à ces pathologies, comme par exemple une surinfection broncho-pulmonaire. Le risque est d’autant plus élevé s’il y a anesthésie générale, car vous rencontrerez très probablement des difficultés à respirer, surtout si c’est une opération de l’abdomen par exemple…

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER
Publicité

>>> À lire aussi : Tabac : Cette cigarette est la plus nocive de la journée

Mais combien de temps avant l’opération faut-il arrêter de fumer ?

D’entrée de jeu, la réponse majoritaire des médecins est un arrêt définitif du tabac… mais pas seulement. Également le cannabis, qui reste une drogue, dont nous faisons de plus en plus face.

Publicité

Arrêter de fumer du jour au lendemain n’est pas chose facile, et les chirurgiens en sont conscients. Ils recommandent alors, un arrêt le plus tôt possible avant l’opération. De nouveaux résultats d’études montrent qu’une abstinence au tabac, 4 semaines avant l’opération réduit considérablement le risque de complications.

Abonnez vous à la Newsletter TDN

Mais est-ce bénéfique d’arrêter seulement quelques jours avant ? Et bien oui, même un arrêt « de dernière minute » (même 24 à 48 heures avant l’opération) permet une baisse du monoxyde de carbone circulant, offrant alors une meilleure oxygénation.

>>> À lire aussi : Pour lutter contre le cancer, Emmanuel Macron souhaite « une génération sans tabac » !