Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Science

Guerre nucléaire : Ce pays est celui où vous avez le plus de chances de survivre

Publié par Hugo Plassot-Moizan le 21 Août 2022 à 9:01
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

La menace nucléaire existe même s’il est quasi impossible que cela arrive. Cependant, des scientifiques ont pensé au pire et ont voulu savoir quel était le meilleur endroit pour survivre à une guerre nucléaire. Après de longues recherches poussées, ils en ont conclu que le meilleur refuge serait l’Australie.

terre promise

Une option en cas de guerre nucléaire

Où se cacher si une guerre nucléaire éclate du jour au lendemain ? Des scientifiques ont voulu répondre à cette question de façon très sérieuse. Pour ce faire, ils ont analysé l’impact que la détonation d’une arme nucléaire aurait sur l’approvisionnement alimentaire mondial. De plus, si une telle catastrophe survient, il y aurait des incendies massifs et des retombées de suie qui anéantirait de nombreuses récoltes et pourrait créer une famine.

Selon tous les tests, dans la majorité des territoires, il se produirait des famines irréversibles. Mais après observation, un pays aurait la capacité de survivre grâce à sa production massive de céréales. Ce pays, c’est l’Australie. Que ce soit pour un conflit localisé ou mondial, les incendies générés par ces impacts détruiraient tout sur leur passage.

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER

Abonnez vous à la Newsletter TDN

L’Australie, refuge de l’Humanité

C’est la notion de production alimentaire et donc ici de céréales qui a permis de cibler l’Australie comme meilleure solution. Il y aurait également la Nouvelle-Zélande qui pourrait être une option, mais à moindre mesure. L’Australie produit suffisamment de blé, qui contribue à près de 50 % de l’apport calorique du pays, pour nourrir sa population.

Plus de cinq milliards de personnes mouraient de faim dans le monde après un conflit à grande échelle impliquant 100 bombes nucléaires. Si un conflit entre les Etats-Unis et la Russie venait à se produire, alors il y aurait également plus de 5 milliards de victimes. Les chercheurs affirment qu’il s’agit du premier examen des impacts d’une guerre nucléaire à l’échelle régionale sur l’approvisionnement alimentaire, l’agriculture, la pêche et le climat.