Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Sexualité

Chez les femmes, alcool et sexe ne font pas bon ménage

Publié par Elodie GD le 04 Juil 2020 à 11:33
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Aujourd’hui les femmes ont une consommation d’alcool équivalente à celle des hommes. Contrairement à quelques décennies en arrière, elles ne sont plus jugées quand elles en consomment. Cependant l’absorption fréquente ou excessive d’alcool comporte des risques. En effet, plusieurs professionnels de la santé s’accordent à dire qu’elle peut déclencher des comportements sexuels à risque. Quels sont-ils?

La suite après cette publicité
les risques de la consommation d'alcool chez la femme

A lire aussi: Gueule de bois : quelques remèdes pour vos lendemains de soirées arrosées

Les effets de l’alcool

La suite après cette vidéo

Les femmes, au même titre que les hommes consomment généralement de l’alcool dans un but festif. L’objectif est de se désinhiber pour passer un bon moment entre amis, en famille ou avec un tiers. Généralement en buvant un verre ou deux, on a tendance à se sentir d’humeur plus joyeuse, et on ressent une impression de lâcher prise. Cependant, au-delà de 2 ou 3 verres, cette sensation grisante peut prendre une toute autre tournure.

La suite après cette publicité

En effet, l’absorption d’alcool provoque l’augmentation du taux de testostérone chez la femme. Ainsi lorsqu’elles consomment de l’alcool, les femmes auront tendance à voir leur excitation sexuelle accroître. De ce fait, si elles en absorbent une trop grande quantité, des comportements à risques peuvent apparaître. L’alcool à petites doses permet à tout un chacun de se désinhiber. A forte dose, il peut faire perdre le contrôle.

 Les risques encourus

Quand on consomme de l’alcool, on a tendance à avoir moins conscience du danger. Cette inconscience peut avoir des conséquences dangereuses chez les femmes. En effet, quand elles sont extrêmement alcoolisées, elles s’exposent à des risques d’agressions sexuelles ou de rapports sexuels violents. De même, les chances de contracter des IST augmentent considérablement puisque, comme elles ont moins conscience du danger, elles peuvent oublier de se protéger. On peut aussi penser aux grossesses non désirées, toujours dans le cas où la protection a été oubliée.

La suite après cette publicité

Chez certains, les conséquences sont tout autres. Ils peuvent présenter une augmentation des angoisses, de la dépression et une baisse de l’estime de soi. Une fois l’alcool redescendu, les problèmes refont surfaces avec plus de violence, l’état de tristesse est beaucoup plus fort, puisque le cerveau a été dopé durant quelques heures. S’ensuivent des réflexions tels que « je suis nulle » « je n’aurai jamais du » « pourquoi j’ai fait ça? ».

Non, consommer de l’alcool ne vous rendra pas plus performant!

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’alcool ne rend pas plus performant. Même si au départ il augmente l’excitation sexuelle, une fois dans le feu de l’action les choses s’avèrent bien différentes. Et ce, qu’il s’agisse des femmes ou des hommes. Selon le psychiatre addictologue Laurent Karila interrogé par Femina, l’alcool est un ennemi de la satisfaction sexuelle. « Si, dans un premier temps, il stimule l’excitation et déclenche un grand désir charnel, ça ne dure pas. Le ressenti émotionnel s’essouffle presque aussitôt, les sensations physiques sont vite altérées, la lubrification vaginale diminue et l’orgasme est de fait moins intense ». 

La suite après cette publicité

De plus, les spécialistes s’accordent en affirmant que s’étourdir plus que de raison dans le but d’avoir une relation sexuelle est le résultat d’une conduite dopante. Ce comportement est révélateur d’un problème d’estime de soi et d’une gestion compliquée de ses émotions. A la longue, il présente même des risques d’addiction, ce qui va détruire la qualité de vie en général et la sexualité avec.

Afin d’adopter une consommation qui comporte le moins de risques possibles, le psychiatre tient à donner quelques conseils: « Selon un groupe d’experts de Santé publique France et de l’Institut national du cancer (Inca), indifféremment du sexe, il faut boire au maximum deux verres d’alcool par jour pendant cinq jours et s’abstenir les deux jours restants« . Il est cependant important de noter que les hommes,  doivent également surveiller leur consommation. Ainsi, cela engendrera une diminution des agressions sexuelles, des rapports sexuels violents et de transmission des IST.

A lire aussi: Un homme alcoolisé crache sur des pompiers dans un commissariats…. ils découvrent l’impensable quelques heures plus tard !

La suite après cette publicité
Source: Femina

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.