Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

En pleine masturbation et après avoir éjaculé, un homme fait un AVC et risque sa vie

Publié par Deborah le 25 Juil 2021 à 6:02
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Un Japonais de 51 ans a vu sa vie défiler. Il a failli y laisser sa vie, secouru de justesse. La cause ? Un orgasme alors qu’il se masturbait.

masturbation homme AVC

>>> A lire aussi : Rêver d’être nu en public, c’est bon signe !

Une masturbation qui tourne au cauchemar

Toutes bonnes choses peuvent être destructives. Cet homme d’une cinquantaine d’années le sait bien. Il a failli mourir en se masturbant. Ce dernier avait pris l’habitude de se masturber plusieurs fois par jour, jusqu’ici rien de dérangeant. Pourtant, cette habitude l’a presque tué l’année dernière.

En effet, le Japonais aurait alors fait un accident vasculaire cérébral (AVC), et ce, quelques minutes après avoir éjaculé. Ce saignement qui se produit entre la couche interne et la couche moyenne du tissu recouvrant le cerveau (hémorragie sous-arachnoïdienne) intervient lors d’un effort physique particulièrement éprouvant. À cet égard, l’homme a été saisi instantanément de maux tête extrême jusqu’à en vomir.

Inquiet pour sa santé et pour sa vie, ce Japonais a eu le bon réflexe de se rendre à l’hôpital à Nagoya. Il a réussi à être sauvé in extremis et est ressorti deux semaines plus tard.

>>> A lire aussi : Sexo : Fantasme, kink et fétichisme, quelle différence ?

Les raisons ?

Jusqu’ici, on ne connaît pas réellement les raisons de cet accident vasculaire cérébral. En revanche, les scientifiques s’accordent à dire que l’AVC peut se déclencher lors de relations sexuelles intenses. Le tabac, la consommation régulière d’alcool et de drogue sont aussi des facteurs qui peuvent contribuer à déclencher un AVC.

Ainsi, l’expérience traumatisante de ce Japonais ne serait pas un cas isolé. Effectivement, l’activité sexuelle, la masturbation comprise, correspondrait à entre 3,8% et 14% des cas d’hémorragie sous-arachnoïdienne, selon un neurochiurgien cérébrovasculaire, Docteur Daniel Walsh. Celui-ci a expliqué : « Vous ferez probablement plus pour éviter d’avoir une hémorragie sous-arachnoïdienne en évitant de fumer, de prendre des drogues et en gérant une pression artérielle élevée avec votre médecin généraliste qu’en vous abstenant de relations sexuelles sous toutes ses formes. » Enfin une bonne nouvelle, d’autant plus que le sexe est bon pour la santé.

>>> A lire aussi : « Sex/Life » : ces choses à savoir sur Adam Demos (Brad), l’acteur torride de la nouvelle série Netflix

Souce : LADBIBLE
close

Inscrivez vous à la Newsletter TDN

Tous les jours le meilleur du web directement dans votre boite mail.
Garanti sans SPAM.


Inscrivez-vous à la newsletter.
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail