Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Écologie

Plastique: le constat alarmant et malheureux sur la pollution d’un archipel de l’Océan Indien

Publié par Églantine le 21 Mai 2019 à 16:25
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

 

La suite après cette publicité

Plus de 238 tonnes de déchets ont été ramassés sur les plages des îles Cocos, dans l’Océan Indien. Cependant, selon la biologiste, Jennifer Lavers, ces détritus ne seraient que « le sommet de l’iceberg. » 

Réputées pour leurs eaux translucides, le sable blanc et les cocotiers verts, les îles Cocos sont aujourd’hui recouvertes de déchets plastiques. Une vision d’horreur pour cet archipel aux 600 habitants. Selon une étude de Nature Scientifique Reportsplus de 400 millions de fragments de plastiques ont été découverts sur ces îles.

déchets archipel

Débris anthropiques sur les îles Cocos (Keeling), mars 2017. (A) côté est de l’île du Sud, (B) côté nord de l’île Direction, (C) végétation de fond le long du côté nord-est de l’île Home, (D) micro-plastiques (principalement ; 1-5 mm) le long du côté est de l’île South.

>>> À lire en plus: NASA : En 2024, une femme posera un pied sur la Lune pour la première fois

La suite après cette publicité

Pollution plastique : 26 fois le volume des fragments visibles en surface

Travaillant sur plusieurs îles depuis une quinzaine d’années, la chercheuse Jennifer Lavers, ne semble pas choquée par ces impressionnants dégâts: « toutes ont subi ce type de débris » dit-elle. Cependant, elle fut étonnée par l’étendue des déchets: « Ce qui m’a le plus surprise c’est qu’en creusant dans les sédiments, la quantité ne diminue pas » se désespère t-elle. Selon son équipe, la réalité serait toute autre. Dans les différentes strates de sable, la quantité réelle de plastique sur les plages étudiées correspondrait en réalité à 26 fois le volume des fragments visibles en surface.

>>> À lire en plus: États-Unis : Uber propose de faire taire vos chauffeurs !

La suite après cette publicité

« On est obligé de se poser des questions sur la manière dont on vit »

Cet amas de déchets sur ce type d’îles est une inquiétude pour la biologiste puisque: « Les 5 gyres ou ‘continents de plastique’ attirent souvent l’attention, mais les îles Cocos en sont loin! » L’étude s’est rendue compte qu’à cause du courant, « le plastique se repartit partout, petits ou gros » se désole t-elle. Face à l’urgence de protéger l’environnement et après avoir vu que la plupart des déchets étaient des emballages alimentaires, la chercheuse a exprimé le besoin de changer nos modes de vie: « Certains atolls ont reçu de telles quantités de plastique qu’on est obligé de se poser des questions sur la manière dont on vit, y compris sur nos objets du quotidien. »

>>> À lire en plus: « La féminité, ce n’est pas qu’une question de physique, c’est bien plus profond », comment définir la féminité aujourd’hui ?