Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Société

Afin d’empêcher les viols, cette chercheuse invente le préservatif anti-viol !

Publié par La rédaction le 14 Mai 2021 à 9:25
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Nul doute que ce type d’objet dissuadera littéralement les violeurs de s’adonner à leurs viols. Une chercheuse sud-africaine, Sonnia Ehlers, a décidé d’inventer un objet qui pourra permettre aux femmes de riposter contre leurs agresseurs.

La suite après cette publicité

En effet, elle a tout bonnement créé un préservatif féminin… avec des dents ! Une fois mis en place dans le vagin, le préservatif viendra s’accrocher au pénis du violeur qui ne pourra plus l’enlever sans aide.

>>> A lire aussi : Battue, prostituée et violée par son compagnon pendant 25 ans, elle finit par l’abattre et risque aujourd’hui la prison

La suite après cette vidéo

Un préservatif antiviols

La suite après cette publicité

C’est en travaillant au quotidien avec des victimes de viols que Sonnet Ehlers s’est mise à penser à une telle invention. Bouleversée par les témoignages tristes et touchants des victimes expliquant qu’elles sont littéralement brisées en mille morceaux depuis les viols qu’elles ont subi, la chercheuse décide alors d’agir. Et de quelle manière !

Inspirée par les propos d’une jeune femme expliquant qu’elle aurait aimé que son vagin « puisse avoir des dents », Sonnet Ehlers forge petit à petit une idée précise de l’objet qu’elle souhaite créer contre les viols : le Rape aXe. « Ça fonctionne comme un tampon. Vous l’insérez dans votre vagin et il se place derrière les lèvres. Quand l’agresseur pénètre, il ne peut plus se retirer parce que dès qu’il essaie, le préservatif se fixe sur son pénis », explique la chercheuse.

>>> A lire aussi : Ce préservatif connecté vous donne des statistiques sur vos rapports sexuels et votre pénis !

La suite après cette publicité

Donner une chance aux victimes de viols

C’est une fois le préservatif fixé que l’agresseur peut se retirer du vagin de sa victime. L’objectif de Sonnet Ehlers, c’est de laisser du temps à la victime pour s’échapper pendant que le violeur est en train d’essayer de libérer son pénis des dents du préservatif. Si cet objet peut susciter la polémique, la chercheuse se défend notamment en pointant du doigt le manque de décisions concrètes prises par les autorités face au nombre de viols qui, malheureusement, reste toujours trop élevé.

La suite après cette publicité

>>> A lire aussi : « Il a ordonné à la jeune femme de lui pratiquer une fellation » : Un violeur s’en prend à une jeune femme dans le métro !

Source : Brut

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.