Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Société

Attentat : un gérant d’une supérette nîmoise interdit l’entrée aux femmes voilées (vidéo)

Publié par Justine le 31 Oct 2020 à 18:02
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Alors qu’un attentat venait tout juste de se produire à Nice jeudi matin, un gérant d’une supérette nîmoise a décidé d’afficher un communiqué à l’entrée de son magasin. Découvrez le contenu de la note dans la vidéo ci-dessous :

>>> À lire aussi : Attaque à Nice : qui était Vincent Loquès, le sacristain tué dans l’église ?

L’attentat de jeudi, déclencheur de ce communiqué ?

Jeudi matin, un attentat a eu lieu à Nice faisant trois morts. Peu de temps après, un gérant d’une supérette Vival de Nîmes a accroché un communiqué sur sa vitrine, dévoile Midi Libre. On pouvait lire : « À compter de ce jour, toute personne voilée ne sera pas autorisée à rentrer dans le magasin ». Suite à cette note partagée sur les réseaux sociaux par les passants, la devanture a été vandalisée dans la nuit de jeudi à vendredi 30 octobre. Ce vendredi, la supérette est restée fermée.

Le groupe Casino est le propriétaire de cette enseigne, dénonce cet acte sur Twitter : « Nous avons fait retirer cette affiche hier en début de soirée, dès que nous en avons eu connaissance. Nous la condamnons avec la plus grande fermeté. Il s’agit d’une initiative personnelle, qui va à l’encontre des valeurs de l’enseigne. »

>>> À lire aussi : Attaque au couteau de Nice : l’assaillant avait-il un complice ?

L’attentat de Nice donne lieu à des messages Islamophobes

Illégal, cet affichage est visé par deux enquêtes. Une ouverte par le parquet pour refus illicite de vente et discrimination et la seconde menée par la justice nîmoise pour des menaces reçues par le commerçant sur les réseaux sociaux. De plus, Adballah Zekri, délégué général du Conseil français du Culte musulman et président de l’Observatoire de Lutte contre l’Islamophobie souhaite déposer une plainte pénale auprès du procureur de la République de Nîmes.

Abonnez vous à la Newsletter TDN

Interrogé sur l’attentat de jeudi ainsi que ce communiqué, Abdallah Zekri est clair sur un point : personne n’est en mesure de faire justice soi-mêmeIl poursuit : « On ne peut permettre que des gens fassent l’amalgame entre terroristes et musulmans et soient ainsi stigmatisés ». Le Nîmois, Ilyes El-bir tient le même discours : « Nous musulmans nous ne sommes pas des terroristes, nous musulmans n’acceptons pas tous ces drames. Nous sommes aussi Français et cet acte de racisme est inadmissible ».

>>> À lire aussi : Les réseaux sociaux face à un déferlement de haine depuis les récents attentats