Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Société

Une étude fait le lien entre la faible intelligence et l’homophobie ! (on dit ça…)

Publié par La rédaction le 08 Fév 2021 à 23:33
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

C’est officiel : il existerait un lien entre le fait d’émettre des préjugés sur l’homosexualité, et celui d’avoir un niveau d’intelligence plus faible. En Australie, des chercheurs de l’Université du Queensland ont publié les résultats d’une étude qui viennent rendre encore plus crédible cette possibilité de corrélation entre l’homophobie et le niveau d’intelligence d’une personne. On vous explique tout.

La suite après cette publicité

>>> A lire aussi : Emmanuel Macron « homosexuel honteux » ? Cette rumeur qui refait surface…

La suite après cette vidéo

Homophobie et faible intelligence, un lien prouvé

Les études existantes ont déjà ouvert le chemin de l’existence d’un lien entre un faible QI et des avis préjugés. Cependant, cette nouvelle étude, publiée par des chercheurs de l’Université du Queensland en Australie, vient pour la première prouver l’existence de cette corrélation sur une population différente de celle des États-Unis.

La suite après cette publicité
australie homophobie

Les chercheurs se sont notamment intéressés à différentes enquêtes réalisées plusieurs années auparavant. Des études destinées, par exemple, à questionner les quelques 11 500 répondants pour mesurer leurs capacités intellectuelles, mais également sur leurs ressentis et leurs pensées sur le sujet de l’égalité des droits.

Résultat : plus l’intelligence d’une personne est faible, plus elle serait amenée à avoir des propos préjugées contre les couples homosexuels.

>>> A lire aussi : Covid-19 : Un rabbin affirme que le vaccin va « vous rendre gay »

La suite après cette publicité

Maintenir les études pour anticiper les risques

Après leurs recherches et la validation de leurs résultats, les chercheurs australiens ont recommandé le maintien et la persévérance des études allant dans ce sens. L’objectif est de continuer à renforcer l’existence et le rôle joué par les capacités cognitives dans la création des préjugés homophobes. Multiplier les études sur le sujet permettra peut-être également permettre de traiter le problème de l’homophobie à son origine, en sensibilisant les publics à risque.

>>> A lire aussi : Ces couples de célébrités qui ont dévoilé au grand jour leur homosexualité !

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.