Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Société

Les délinquants sexuels bientôt castrés en échange d’une réduction de peine ?

Publié par Felix Mouraille le 17 Juil 2022 à 15:34

En Thaïlande, un projet de loi propose aux délinquants sexuels de subir une castration chimique contre une réduction de peine. L’injection permettrait de réduire leur taux de testostérone pour diminuer les risques d’infractions sexuelles.

Piqure

En mars 2022, un projet de loi a été approuvé par la « chambre basse de Thaïlande ». La loi propose l’accès à la castration chimique pour que les agresseurs sexuels puissent réduire leur peine d’emprisonnement. Pour l’instant, cette mesure n’est pas mise en place, il faut attendre le vote d’une autre chambre. Pour qu’un projet de loi soit accepté la validation du roi de Thaïlande est aussi nécessaire.

Ce système de castration chimique consiste à injecter un produit pour réduire le taux de testostérone. Un système qui sera surtout proposé aux potentiels récidivistes. Le but est de réduire l’envie à un délinquant de recommencer cet acte terrible.

Le ministre de la Justice, Somsak Thepsuthin, souhaite que cette idée soit mise en place au plus vite : « Je veux que cette loi soit adoptée rapidement. {…} Je ne veux plus voir de nouvelles de mauvaises choses arrivant aux femmes » .

Castration chimique : une solution jugée trop sévère ou inutile

Selon le gouvernement, ce projet de loi proposé par la Thaïlande pourrait réduire les violences sexuelles. Jaded Chouwilai, directeur de the Women and Men Progressive Movement Foundation, pense que la castration sexuelle est loin d’être la solution. Pour lui, cette injection n’entrainera pas une chute des crimes sexuels.

La politicienne australienne, Pauline Hanson pense que cette mesure n’est pas assez forte pour lutter contre ce genre d’acte. La leader de One Nation (parti conservateur) souhaite une castration chimique dès qu’ils sont condamnés.

Je suis favorable à la castration chimique et à des peines plus sévères pour les pédophiles, ainsi qu’à la création d’une base de données nationale des pédophiles. {…} Pour les délits sexuels n’impliquant pas d’enfants, je considère qu’il est approprié que le magistrat ou le juge qui préside détermine la peine appropriée en vertu de la loi pertinente.

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.