Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Société

« Ce sera minimum un mois » les prévisions inquiétantes d’un infectiologue sur le confinement

Publié par Alexis ANOVAS le 19 Mar 2020 à 10:04
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Les scientifiques et experts sont clairs à ce sujet : il faut confiner le pays tout entier pour limiter la propagation du coronavirus. Ils ont aussi annoncé que le confinement pourrait durer plus longtemps que prévu pour vaincre le COVID-19. En effet, autoriser les citoyens à reprendre leur vie normale ne ferait qu’augmenter le nombre de cas. Par conséquent, il se pourrait que cet isolement ne soit que le début.

A lire aussi : Coronavirus : le confinement freine le virus dans son ascension, mais ne l’éradique pas totalement !

Les vidéos du jour à ne pas manquer

Le COVID-19 serait bien plus virulent que prévu, c’est en tout cas ce que les médecins s’accordent à dire. « L’impact global du Covid-19 est profond, et la menace sanitaire qu’il représente est, parmi les virus respiratoires, la plus sérieuse » ont écrit des chercheurs de l’Imperial College de Londres dans un rapport publié le 16 mars 2020. Face à un tel virus, il faut absolument prendre des décisions radicales pour limiter la propagation et protéger les citoyens. Ainsi, la meilleure solution est le confinement total pour éviter des « centaines de milliers de morts » .

Le confinement est la solution

La plus grosse crainte de la part des médecins est de voir les hôpitaux surchargés et ne pas guérir tous les patients. Le but est donc de freiner au maximum le COVID-19 afin de pouvoir prendre en charge le maximum de cas. La solution est simple et claire : le confinement. En effet, ne pas sortir dans les rues limite tout contact humain et donc de contamination.

Ainsi, Neil Ferguson, un chercheur de l’Imperial College de Londres, estime que le fait d’avoir fermé les établissements scolaires, isolé les malades, instauré une règle de distanciation sociale et la mise en quarantaine totale auront un impact considérable sur le coronavirus. Mais pour combien de temps ?

Vers une très longue quarantaine ?

Neil Ferguson est clair sur le sujet. Le confinement sera efficace si et seulement si cela se fait dans la durée. En effet, si la quarantaine ne dure que quelques semaines, les citoyens reprendront leur vie normale tandis que le COVID-19 sera toujours présent. Dans son rapport, les chercheurs prédisent que même une quarantaine de cinq mois n’éradiquera pas le coronavirus.

Même si elle dure entre mars 2020 et août 2020, il y aura un risque de pic épidémique. « Une fois que ces mesures sont relâchées, les infections augmentent et aboutissent à un nouveau pic épidémique plus tard dans l’année » souligne le chercheur. Les spécialistes estiment que ce pic verra le jour entre novembre et décembre. Par conséquent, cette quarantaine ne fait que ralentir le pic épidémique, car la population ne pourra pas s’immuniser et sera donc aussi vulnérable lorsque la quarantaine sera levée.

Interrogé ce Jeudi 19 mars par BFM TV, Olivier Bouchard infectiologue à l’AP-HP Bobigny indique bien que 15 jours ne suffiront pas. Pour lui, un mois minimum sera nécessaire.

A lire aussi : Coronavirus : pouvons-nous nous rendre à un enterrement ? (Vidéo)

Le virus est plus fort que ce que l’on imagine

D’autres experts s’accordent à dire que le COVID-19 est bien plus fort que ce que l’on pense. Par exemple, Adam Kucharski, épidémiologiste à la London School of Hygiene & Tropical Medicine, a affirmé au média américain Vox que « Le virus va circuler, potentiellement pendant une année ou deux » . Bonne nouvelle, n’est-ce pas ? Et comme l’a souligné Europe 1, le confinement de deux semaines, voire même cinq mois, ne servira strictement à rien s’il n’y a ni vaccin, ni traitement très efficace contre le coronavirus.

« Aujourd’hui, il semble que la seule façon de réduire les infections durablement soient des mesures très sévères et impossibles à maintenir durablement » déclare Adam Kucharski. En d’autres termes, il estime qu’un confinement total sur la longue durée est impossible à maintenir dans le temps. Un argument véridique puisque plusieurs  Français continuent à sortir dans les rues, malgré la mise en quarantaine. De plus, l’économie risque d’être fortement impacté si le soutien financier dure plusieurs mois.

Des impacts psychologiques

Rester chez soi pendant une durée indéterminée peut être pris comme des vacances pour certains. Pour d’autres, cela peut devenir un vrai cauchemar. Jennifer Nuzzo, épidémiologiste au John Hopkins Center for Health Security estime que le confinement à longue durée aura un terrible impact psychologique sur la population. « Je ne pense pas que les gens soient prêts pour cela, et je ne suis pas certaine que nous puissions le supporter » déclare-t-elle à Vox, avant de conclure « Je n’ai aucune idée de ce que nos dirigeants politiques vont décider de faire. Pour moi, même si de telles mesures sont nécessaires, cela paraît insoutenable » .

La meilleure solution pour Neil Ferguson est de faire un confinement intermittent, c’est-à-dire de laisser la population sortir lorsque le seuil épidémique est bas, et remettre en place la quarantaine lorsqu’il atteint un certain stade. Sauf que si cette stratégie est mise en place, elle pourra durer jusqu’en novembre 2021, soit au moment où un vaccin aura été trouvé, selon les spécialistes. En définitive, toutes les possibilités amènent à la même conclusion : le confinement durera longtemps. Très longtemps.

A lire aussi : « Des jeunes intubés en urgence et des personnes âgées balayées en quelques heures » : un médecin raconte ce qu’on ne voit pas !

0