Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Société

Convoi de la liberté : Les rassemblements seront finalement interdits

Publié par Fanny Jacob le 10 Fév 2022 à 16:04
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Dans le cadre de nombreux désaccords avec le gouvernement, le convoi de la liberté va bientôt gagner la France entière, ainsi que la Belgique. Inspiré des blocages au Canada, de nombreux automobilistes avaient notamment prévu de « bloquer la capitale en entravant la circulation routière » sur les villes de Paris et Bruxelles. Sauf que, coup de théâtre, la préfecture de police a complètement interdit les rassemblements dans ce contexte. Il y aura même plusieurs contrôles à Paris, mais aussi au niveau de Bruxelles et aux frontières franco-belges.

La suite après cette publicité
convoi de la liberte rassemblements paris bruxelles interdits

>>> A lire aussi : Emmanuel Macron dans l’embarras : Il est accusé de « crimes contre l’humanité »

La suite après cette vidéo

Rassemblements interdits pour le convoi de la liberté

Pour la préfecture de police, la raison de cette interdiction est simple. Ces rassemblements sur Paris et Bruxelles dans le cadre du convoi de la liberté ne sont pas déclarés et donc ne sont pas autorisés. De ce fait, un arrêté a été pris interdisant le convoi de la liberté qui devait normalement rejoindre la capitale ce vendredi, pour manifester contre les restrictions sanitaires.

La suite après cette publicité

« En raison des risques de troubles à l’ordre public que pourrait causer ce rassemblement, le préfet de Police prend un arrêté interdisant de telles manifestations, du vendredi 11 février 2022 au lundi 14 février 2022 inclus » , explique la préfecture. Pourtant, de nombreux automobilistes sont déjà partis depuis ce mercredi pour ce fameux convoi. Ces manifestants viennent de partout en France et ont entamé leur démarche dans le sud du pays. Ils se sont notamment passé le mot sur les réseaux sociaux, imitant les mobilisations d’Ottawa, capitale du Canada où des routiers bloquent certaines voies de circulation depuis le 29 janvier.

2 ans de prison et 4500 euros d’amende

Pour la préfecture de police à Paris, hors de question de reproduire le même schéma. « L’objectif affiché de ces manifestants serait de bloquer la capitale en entravant la circulation routière dans les rues de Paris.  Et cela, pour promouvoir leurs revendications, avant de poursuivre leur périple en direction de Bruxelles le lundi 14 février » . Le maire de Bruxelles a également annoncé l’interdiction de rassemblements pour le convoi de la liberté. Des contrôles aux frontières sont prévus, ont annoncé l’Intérieur belge et la mairie.

La suite après cette publicité

Pour cause, si des manifestants se rassemblent, ceux-ci risquent gros en cas de contrôle. En France, gêner une voie ouverte à la circulation publique est passible de 2 ans d’emprisonnement et de 4500 euros d’amende. Les automobilistes en question risquent également une suspension du permis pour une durée de trois ans au plus.

« La réponse de l’État sera extrêmement ferme » , estime le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, mardi sur BFMTV. D’autant que pour beaucoup de politiciens ce blocage est « injustifié« . « La France est probablement l’un des pays d’Europe qui a pris le moins de mesures contraignantes » , a déclaré Gérald Darmanin.

>>> A lire aussi : Les Gilets Jaunes, bientôt de retour ?

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.