Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Société

Harcèlement : Un adolescent a tenté de se suicider deux fois, sa mère pousse un cri d’alerte

Publié par Lucie B le 09 Mar 2021 à 8:30
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Auprès des micros de RMC, Lila, la maman de Thomas, 13 ans, raconte le calvaire vécu par son fils, depuis deux ans. L’adolescent, qui a révélé son homosexualité, est victime d’harcèlement scolaire par une dizaine de collégiens.

harcèlement-scolaire

À lire aussi : Meghan Markle accusée de harcèlement : c’est la panique à Buckingham

Le harcèlement scolaire, un fléau toujours présent

En France, en 2015, 1,2 million d’élèves, primaire, collège et lycée confondus, ont été victimes de harcèlement scolaire par d’autres élèves. Malgré des campagnes de sensibilisation, notamment sur le cyberharcèlement, il existe toujours des élèves harcelés. C’est le cas de Thomas, un collégien de 13 ans, rattaché au rectorat de Marseille. Depuis deux ans, l’adolescent vit un véritable calvaire.

Après avoir révélé son homosexualité, une dizaine de camarades le prennent en grippe. Thomas reçoit des insultes par messages. Une violence et un harcèlement quasi quotidien, qui conduit l’adolescent à faire deux tentatives de suicide. Sa mère Lila, raconte la dernière survenue en décembre, après qu’elle ait découvert les messages injurieux que recevait son fils. « Quand j’ai entendu ces insultes, j’ai été horrifiée et dans l’incompréhension totale. Je l’ai laissé un peu seul dans sa chambre. Je l’ai entendu pleurer et j’ai entendu sa fenêtre grincer et s’ouvrir. J’ai compris et je me suis précipitée et je l’ai rattrapé » .

Aucune réaction de l’établissement, et deux plaintes déposées

Après avoir sauvé la vie de son fils, qui a tenté de se défenestrer, Lila prend rendez-vous avec la principale du collège où étudie Thomas afin d’aborder le harcèlement vécu par son fils. Elle espère que des sanctions vont être prises à l’encontre des harceleurs de son fils, il n’en sera rien. « J’ai alerté l’établissement, j’ai eu un rendez-vous avec la cheffe d’établissement et il n’y a eu aucune réaction de leur part » .

Pourtant, en 2019, selon Jean-Pierre Bellon, le fondateur de l’association pour la prévention du harcèlement, le traitement du harcèlement a connu une évolution positive. « J’ai commencé à travailler sur le sujet il y a 20 ans. Et sur les 10 premières années, les établissements mettaient la poussière sous le tapis et ne voulaient pas entendre parler de harcèlement, il y avait un véritable déni sur ces questions. Je peux vous assurer qu’aujourd’hui ça a bien changé » .

Lila, la mère de Thomas a décidé de réagir. Après avoir retiré son fils de l’établissement, car celui-ci était trop fatigué par la violence quotidienne qu’il subissait, la mère de famille a déposé une plainte contre les élèves harceleurs, ainsi que contre le collège. Lila est décidé à mener ce combat pour Thomas et les autres enfants victimes. « Tous les enfants victimes de harcèlement, j’ai envie de leur dire qu’il faut qu’ils osent parler. Qu’ils lancent un SOS et qu’ils trouvent quelqu’un à qui se confier. Pour moi la personne qui détourne le regard, qui n’entend pas le désespoir, est elle-même coupable au même titre que le harceleur »

Source : RMC

À lire aussi : Un enfant retrouvé pendu chez lui suite à des années de harcèlement : « On le traitait de gros, de gras, de pédé parce qu’il faisait du cheval »

0