Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Société

Déplacements entre régions : La règle des 100 kilomètres va-t-elle faire son grand retour ?

Publié par Romane TARDY le 01 Fév 2021 à 11:45
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Si le confinement est pour le moment repoussé, le conseil scientifique recommande de restreindre les déplacements des Français notamment à l’approche des vacances. La règle des 100 kilomètres va-t-elle faire son grand retour ? C’est un grand débat.

La suite après cette publicité
déplacements-contrôle

A lire aussi : Restaurants ouverts : Bruno Le Maire hausse le ton ! (vidéo)

La suite après cette vidéo

Limiter les déplacements : une nécessité pour le conseil scientifique

Rappelez-vous de cette mesure prise lors du premier déconfinement : la limitation des déplacements dans les 100 kilomètres. Alors que Jean Castex a pour l’instant repoussé le confinement lors de sa prise de parole le 29 janvier, d’autres scénarios sont à l’étude. Le conseil scientifique recommande dans son dernier avis de la mi-janvier de limiter les déplacements surtout à l’approche des vacances d’hiver. « Quel que soit le scénario retenu par les autorités sanitaires, le conseil scientifique conseille la mise en place d’une limitation des déplacements interrégionaux » , ont écrit les experts qui guident le gouvernement.

La suite après cette publicité

Le possible retour de la règle des 100 kilomètres divise beaucoup. Pour certains, cette règle ne changerait rien au risque de propagation. Pour l’infectiologue François Bricaire, « si l’on prend la voiture pour aller de Paris à Versailles, à mon avis le risque est le même que d’aller dans le Cantal » .  Il pense également au moral des Français en berne. Il explique qu’il faut leur laisser la possibilité de « bouger, de s’aérer, de vivre » .

La règle des 100 kilomètres efficace contre la propagation du virus ?

Pour d’autres, les 100 kilomètres autorisés permettraient de préserver les régions moins touchées par le virus comme la Bretagne par exemple. Alors que le taux d’incidence du virus à Paris est de 230, il n’est qu’à 60 dans les Côtes-d’Armor. Pierre Tattevin, le président de la Société de pathologie infectieuse de langue française, assure que « restreindre les déplacements permet de limiter la propagation du virus dans des régions encore épargnées et ainsi de leur permettre d’accueillir les patients des zones en tension pour soulager les hôpitaux » .

La suite après cette publicité

Il est vrai que les transferts interrégionaux viennent de reprendre notamment en direction de la Bretagne. De même, cette mesure pourrait être efficace face à la diffusion des variants s’ils circulent différemment d’une région à l’autre. Les résultats d’une deuxième étude Flash sur les variants sont attendus.

Source : Le Parisien

A lire aussi : Macron : ce tsunami qui va s’abattre sur le Président

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.