Les Français sont plus tolérants face à l’homosexualité mais conservent encore de vieux stéréotypes…

Publié par le le 27 Jun 2019

Publiée ce mercredi, une étude de l’Ifop a dévoilé que 85% des Français considèrent que l’homosexualité est “une manière comme une autre de vivre sa sexualité” mais un tiers des sondés s’est déjà senti mal à l’aise avec des personnes LGBT.

À quelques jours de la Marche des Fiertés à Paris, l’institut français d’opinion publique, l’Ifop, a dévoilé une enquête sur la tolérance à l’homosexualité et ses clichés autour, par rapport à 1975.

mariés

>>> À lire en plus : 55% des personnes LGBT ont subi une agression LGBTphobe au cours de leur vie

85% acceptent l’homosexualité contre 24% en 1975

En quarante-quatre ans, les mentalités françaises ont beaucoup évolué sur certains points, et en particulier sur l’homosexualité. Si 85% des interrogés considèrent que l’homosexualité est “une manière comme une autre de vivre sa sexualité“, ils n’étaient que 24 % à le penser en 1975. Sept ans avant la dépénalisation de l’homosexualité, 42% des Français pensaient que l’homosexualité était une “maladie que l’on doit guérir” . Ils ne sont que 8% aujourd’hui.

Si un couple homosexuel s’embrasse dans un lieu public, 33% des sondés seront choqués soit une baisse de 30 points depuis 1996. Sur l’homoparentalité, plus de huit Français sur dix (83%) pensent qu’un couple homosexuel est “capable d’assurer son rôle de parent aussi bien qu’un couple hétérosexuel” et 72% estiment qu’il est “capable de se développer dans d’aussi bonnes conditions que dans un couple hétéroparental.

rainbow flag

>>> À lire en plus : Deux femmes refusent de s’embrasser devant un groupe d’hommes et se font violemment agresser !

30 % des Français ont déjà été mal à l’aise en présence d’une personne LGBT

Malgré l’ouverture d’esprit de la part des Français, les mythes restent malheureusement bien ancrés face à l’homosexualité. Près de 30% des sondés disent avoir été mal à l’aise en présence d’une personne LGBT et 20 % estiment que “certaines professions où l’on est en contact permanent avec des enfants devraient être interdites aux homosexuels.” Le sondage montre que plus les interrogés fréquentent régulièrement un lieu de culte, plus ils sont en désaccord. 

François Kraus, directeur du pôle politique et actualité de l’Ifop a rappelé qu’ “il y a une acceptation croissante du principe d’homosexualité, mais elle ne doit pas être confondue avec sa normalisation intégrale” à l’AFP.

>>> À lire en plus : « L’homophobie dans le foot, ça suffit », Antoine Griezmann s’affiche à la Une de Têtu !

Publié par le le 27 Jun 2019
0