Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

Des lits « anti-sexe » dans les dortoirs du Village olympique pour empêcher la promiscuité entre athlètes ?

Publié par Nicolas F le 20 Juil 2021 à 6:02
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Les Jeux olympiques 2020 débutent ce 23 juillet 2021 à Tokyo ! L’édition des JO a été reportée d’un an en raison de la crise sanitaire et tout est mis en œuvre pour éviter au maximum les risques de contamination.

Tout est pensé dans les moindres détails si bien que les lits des athlètes qui logeront au Village olympique, auraient été conçus en carton dans le but d’être « anti-sexe », et ainsi éviter au maximum les contacts. Sont-ils réellement conçus pour éviter les rapports sexuels ?

>>> À lire aussi : Elle tente de se qualifier pour les Jeux Olympiques alors qu’elle est enceinte

Toutes les mesures sont prises pour empêcher les rapprochements et les contaminations

Plusieurs études indiquent que les sportifs seraient plus performants avant un rapport sexuel. Plusieurs sportifs pratiquent d’ailleurs l’abstinence sexuelle avant une compétition car la « frustration sexuelle avant une compétition rendrait les sportifs plus agressifs, plus concentrés et potentiellement plus performants, alors que l’acte sexuel réduirait cette agressivité », peut-on lire dans une étude publiée par le Cairn.

Mais c’est pour une toute autre raison que les organisateurs des Jeux olympiques ont conçu des lits « anti-sexe » pour cette édition des JO à Tokyo. La capitale nippone a des vraies difficultés à endiguer la propagation du coronavirus. Quelques jours avant le début de la compétition, deux cas d’athlètes positifs à la covid-19 ont déjà été signalés. En tout, plus de 6000 sportifs devraient dormir dans le Village olympique, de quoi déclencher un cluster monstrueux si tout le monde venait à être contaminé.

>>> À lire aussi : Les marines américains s’entrainent torses-nus dans des conditions extrêmes pour protéger les futurs Jeux olympiques d’hiver

La promiscuité est déconseillée pendant la période des Jeux

Les organisateurs auraient donc pensé à un moyen d’éviter tout fricotage entre sportifs. Pour limiter les rapports sexuels dans les dortoirs, les matelas sont posés sur une structure en carton. Bien que les lits soient confortables, ils résistent à un poids maximal de 200 kilos. Par conséquent, dormir à deux dans le lit est tout juste supportable mais y pratiquer une activité sexuelle un peu trop mouvementée aurait pour conséquence de démonter les lits.

>>> À lire aussi : On sait enfin ce qui est mieux entre le sport et le sexe pour perdre du poids !

Certains sportifs doutent de la solidité des lits en carton

Ces lits en carton ont également l’avantage d’être 100% recyclables, puisque les organisateurs se sont engagés à vider les lieux après les JO et transformer le Village olympique en appartements de luxe. Concernant les craintes déjà soulevées par les sportifs et leurs entraineurs, qui remettent en doute la solidité et le confort des lits, les organisateurs assurent qu’ils sont conçus selon des normes très strictes et qu’ils sont suffisamment résistants si on les utilise en respectant les règles. Enfin, un règlement interne très stricte est imposé aux sportifs. Il leur est par exemple interdit d’accueillir leur famille ou même de ramener de l’alcool, toujours dans le but d’éviter au maximum les débordements, les contacts et donc restreindre les contaminations.

>>> À lire aussi : Sexe : combien de calories brûle-t-on en faisant l’amour ? (vidéo)

Les lits sont-ils vraiment anti-sexe ?

Certains sportifs qui ont déjà investi les lieux crient à la fake news. «Ils sont supposés être anti-sexe, oui ils sont faits en carton, ils devraient se briser au moindre mouvement brutal, dit-on. C’est faux, c’est une fake news», explique le gymnaste irlandais Rhys McClenaghan. Pour preuve, l’athlète s’est filmé en train de sauter sur son lit, qui semble résister au choc. Est-ce une fake news pour autant ? Pas vraiment.

Le CIO n’a pas confirmé la nature « anti-sexe » des lits mais ne l’a pas infirmée non plus. Le fabricant Airweave décrit ses lits comme résistants à 200 kilos maximum, donc «tant que les gens s’en tiennent à deux personnes dans le lit, ils devraient être assez solides pour supporter la charge». En ce sens, le New York Post écrit que le CIO a donné pour consignes d’«éviter toute forme de contact inutile notamment les accolades, les tapes dans la main ou les poignées de main.» On sait aussi que des préservatifs sont toujours mis à disposition des athlètes dans leur « pack de bienvenue ». Mais cette année, le CIO a publié un communiqué dans lequel il recommande aux sportifs de ne pas utiliser les 160 000 préservatifs mis a leur disposition et de les garder comme cadeau souvenir à ramener chez eux.

lit anti sexe jeux olympiques
Crédits : Twitter
0