Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

Polémique : Une pancarte anti-Macron censurée sur France 3 ?

Publié par Maxime le 17 Déc 2018 à 14:53
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

C’est l’une des images du week-end. En marge de l’Acte V des Gilets jaunes ce samedi à Paris, la chaine France 3 a diffusé dans son édition du samedi 15 décembre une photo prise par l’AFP. Sur celle-ci, on découvre les manifestants organiser un sit-in devant l’Opéra Garnier. Un militant tient une pancarte à bout de bras sur laquelle on lit distinctement « Macron Dégage« . Un message hostile de plus à l’encontre du président comme on en entend depuis le début de la mobilisation. Sauf que dans son édition du 19/20, France 3 a diffusé l’image en la retouchant quelque peu.

 

France 3 retouche la pancarte hostile à Macron

À l’image, le « Macron Dégage ! » s’est ainsi transformé en « Macron » . Une manipulation grossière qui n’est pas passée inaperçue sur les réseaux sociaux. Plusieurs internautes ont dénoncé le subterfuge, parlant de « censure » , « désinformation » ou de « propagande » . L’erreur de France 3 intervient dans un contexte assez houleux, marqué par la défiance des Gilets jaunes à l’encontre des médias et de la presse en général. Pointée du doigt, la chaîne a rapidement réagi en présentant ses excuses.

 

France 3 revient sur cette affaire et présente ses excuses

Voyant la polémique enfler sur les réseaux sociaux, France 3 a réagi le dimanche après-midi dans un tweet. « Aucune volonté de masquer cette pancarte dans le JT du 19/20 hier soir. C’est une erreur humaine. Cela ne se renouvellera pas. » Quelques heures plus tard, la présentatrice du 19/20 Catherine Matausch est revenue sur cet épisode dans son édition dominicale. « Nous tenions à vous apporter nos excuses. Hier dans le 19/20, une erreur humaine a conduit à la diffusion d’une photo tronquée. Voici cette image derrière moi, telle qu’elle a été prise par un photographe. Nous vous devions cette explication au regard de la confiance que vous nous accordez. » Des excuses plutôt timides qui ont peu convaincu dans les rangs des Gilets jaunes.

 

 

Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail