Ce physicien qui avait prédit la victoire de Donald Trump révèle qui sera élu Président de la République Française…

 

Non, Serge Galam n'est pas Madame Irma !

Bien au contraire même. En effet, Serge Galam est physicien et directeur de recherche au CNRS. Il est également membre du Centre de recherches politiques de Sciences Po. En 2005, il prédit le référendum sur l'Europe mais ce n'est pas tout. Il a aussi prédit la défaite d'Alain Juppé à la primaire de la droite et avant il était l'un des rares à affirmer que Donald Trump serait élu président des USA. Et pour l'élection Présidentielle Française, il a aussi un avis sur la question.

 

Une méthode loin d'être farfelue

Pour lui, c'est Marine Le Pen qui sera élue. Et il a une méthode basée sur la sociologie et la physique qui lui permet de l'affirmer. À partir d'une simple règle de trois, il détermine une valeur seuil de participation en dessous de laquelle le challenger de Marine Le Pen sera perdant : "Pour Le Pen, une participation de 90% et 42% d'intentions de vote, soit 58% d'intentions de vote pour son challenger, la font gagner dès que la participation pour son challenger est inférieure à 65,17%. Quand on sait que seulement 50% de ceux qui veulent voter pour Macron sont sûrs de leur choix (on serait plus autour de 65% désormais), alors qu'on promet à Marine Le Pen 85% d’électorat traditionnellement fidèle". C'est ce qu'on appelle l'abstention différentielle : un camp est plus touché qu'un autre par l'abstentionnisme.

 

Les sondeurs moins formels

Jérôme Fourquet de l'Ifop ne contredit pas la méthode mais est plus nuancé : "Déjà sur l'identité des finalistes, ça ne se joue plus qu'entre Macron et Le Pen. On observe un resserrement des écarts entre les quatre en tête. La qualification du FN au second tour est probable mais moins acquise, quand Fillon dispose de réserves potentielles. Indiscutablement, l'abstention est une variable essentielle."

 

Serge Galam ajoute : "La mobilisation du dernier jour pour celui qu’on aura choisi ou se sera forcé à choisir sera décisive dans le résultat final. Mais l’aversion pour voter contre et la répulsion anti-FN vont créer des dilemmes individuels. Au second tour, ça sera le pont du 8 mai, la météo, s’il y a une émission à la télé, tout peut alors être prétexte pour ne pas se déplacer dans les bureaux de votes. C'est mon hypothèse."

 

Selon lui donc, c'est l'abstention qui permettrait à Marine Le Pen d'accéder à la présidence de la république. Voilà voilà.

Source : JDD

 
LES VIDEOS A NE PAS RATER
Elsa - le 21 Avr 2017
 
0