Huile de Palme et déforestation : Greenpeace accuse les biscuits Oreo d’avoir un goût d’orangs-outans…

L’Organisation non gouvernementale internationale, Greenpeace, accuse le fabricant d’Oreo d’utiliser de l’huile de palme pour ses produits, ce qui entraîne la déforestation et la disparition des orangs-outans.

 

Le géant de l’agroalimentaire Mondelez est l’un des plus gros acheteur d’huile de palme au monde. On trouve cet ingrédient dans la forêt indonésienne, l’habitat des orangs-outans.  L’ONGI a découvert qu’entre 2015 et 2017, 22 de leurs fournisseurs avaient détruit plus de 70 000 hectares de forêts tropicales tropicales en Indonésie, ce qui représente environ 7 fois la taille de Paris. Parmi eux, 25 000 hectares abritaient des orangs-outans. Un constat alarmant pour Greenpeace qui responsabilise Oreo de la destruction des forêts, et donc de l’habitat naturel des orangs-outans.

 

Greenpeace accuse Mondelez de déforestation

 

Mondelez assure pourtant avoir déjà revu sa liste de fournisseurs. “Nous prenons toutes les mesures nécessaires pour nous assurer que l’huile de palme que nous achetons est produite sur des terres légalement tenues, qu’elle ne favorise pas la déforestation ou la disparition des tourbières.” explique l’entreprise. Pourtant le fabricant d’Oreo continue de s’approvisionner principalement chez Wilmar International, le plus gros négociant d’huile de palme au monde, qui s’alimente toujours auprès des producteurs responsables de déforestation. De quoi mettre en colère l’ONG qui lutte pour la protection de l’environnement.

déforestation indonésie

« Alors qu’elle s’était engagée il y a presque dix ans à se fournir uniquement en huile de palme n’ayant pas contribué à la déforestation, la multinationale Mondelez commerce encore avec des producteurs qui déforestent. L’huile de palme peut être produite sans détruire les forêts et les espèces qui y vivent, contrairement à ce que continuent de faire les fournisseurs de Mondelez. Les orangs-outans sont aujourd’hui au bord de l’extinction : ils sont sacrifiés pour des biscuits », affirme Kiki Taufik, responsable de la campagne forêts à Greenpeace Indonésie. Effectivement, la culture d’huile de palme menace les orangs-outans. Au cours de ces 16 dernières années, le nombre d’orangs-outans de Bornéo a diminué de 50%.

 

La déforestation entraîne la disparition des orangs-outans

bébé orangs-outants

 

« Les forêts tropicales sont essentielles à la planète : les détruire pour de l’huile de palme aggrave la crise climatique et contribue à l’extinction d’espèces animales. Mondelez et les autres multinationales agro-alimentaires doivent se réveiller : elles doivent cesser de traiter avec Wilmar jusqu’à ce que ce négociant puisse prouver que son huile de palme ne contribue pas à la déforestation.», explique Cécile Leuba, chargée de campagne Forêts chez Greenpeace France.

 

Greenpeace France se mobilisera ce samedi dans plusieurs villes, pour dénoncer le “goût déforestation” des biscuits Oreo, et sensibiliser les acheteurs à la protection des forêts tropicales.

Publié par Elisa le 15 Nov 2018
0