Affaire Elisa Pilarski : coup de théâtre concernant les analyses ADN des chiens

Les analyses ADN sur les 67 chiens potentiellement responsables de la mort d’Elisa Pilarski n’ont toujours pas été faites. La justice considère que ces prélèvements ont un coût « trop élevé » .

Elisa Pilarski

Les analyses ADN prélevées sur les 62 chiens suspectés d’avoir tué Elisa Pilarski n’auraient toujours pas été envoyées au laboratoire.

Trois mois après la découverte du corps sans vie d’Elisa Pilarski, les circonstances de son décès restent toujours une énigme. Enceinte de six mois, elle avait été retrouvée par son compagnon Christophe Ellul dans la forêt de Retz (Aisne), le 16 novembre.

Quelques minutes avant le drame, elle l’aurait appelé en panique en expliquant qu’elle se faisait attaquer et mordre aux jambes et aux bras. L’autopsie a indiqué plus tard que son décès a pour origine « une hémorragie consécutive à plusieurs morsures de chiens aux membres supérieurs et inférieurs ainsi qu’à la tête » .

Pour déterminer les circonstances de sa mort, 67 prélèvements ADN avaient été faits sur des chiens. Pour rappel une chasse à courre était organisée près du lieu du drame. Ces résultats devaient être connus en ce mois de février.

Mais ce jeudi 20 février, Franceinfo a appris que ces analyses n’avaient toujours pas été envoyées au laboratoire. La raison ? La justice aurait considéré que le coût des prélèvements était « trop élevé » . Le montant est estimé à plus de 100 000 euros.

« Je suis sidéré qu’on en soit au point mort, que ces examens ne soient pas en route (…) Oui c’est coûteux, mais rien ne vaut une vie«  , a déclaré Me Alexandre Novion, l’avocat de Christophe Ellul.

>>> À lire aussi : Affaire Elisa Pilarski : l’étrange demande de ce témoin qui vient tout chambouler !

Affaire Elisa Pilarski : un autre devis a été demandé

Pour les enquêteurs de la PJ de Creil, pas question de lâcher prise. Par conséquent, ils ont décidé, avec la juge d’instruction à Soissons, de demander un second devis à un laboratoire concurrent.

« On ne sait jamais quand on aura les résultats d’ADN (…) Il faut savoir que ça va coûter extrêmement cher ou que ça coûte extrêmement cher »  , avait confié sur BFM l’avocate de la mère d’Elisa Pilarsky et de l’oncle d’Elisa Pilarski.

Pour rappel, parmi les 62 chiens suspectés d’avoir mordu à mort la jeune femme, cinq appartiennent à Christophe Ellul et sa compagne.

>>> À lire aussi : Élisa Pilarski : son compagnon lance un appel à l’aide (vidéo)

En savoir plus sur : - -

Publié par Eugenie le 20 Fév 2020
0