Cet homme a caché la mort de sa mère à l’état… et cela lui a coûté très cher !

Une jolie escroquerie à l’assurance, qui va lui rapporter gros, mais aussi lui coûter gros. Un homme, habitant dans l’Essonne, âgé de 70 ans a été reconnu coupable d’escroquerie au tribunal d’Evry. Il devra rembourser près de la moitié de la somme qu’il a touché. Il a également écopé d’une peine de prison avec sursis.

Tribunal de grande instance d’Evry, Essonne / Google Maps.

A lire aussi : Frais bancaires : cette banque fait un geste incroyable pour ses clients !

Un homme perçoit la retraite de sa mère pendant 25 ans et touche plus de 160 000 euros

En février 2019, cet homme et sa fille, âgée aujourd’hui de 46 ans, sont placés en garde à vue. La banque de la femme qui aurait du fêter ses 104 printemps commençait à avoir quelques doutes. Le septuagénaire demande alors de l’aide à sa fille pour falsifier des documents et continuer de toucher cette retraite. Cela « ne fonctionnera jamais » explique alors la femme.

Une erreur repérée en 2019

Et la suite lui donna raison. Une falsification si grosse que cela n’est pas passé. Lors de leur garde à vue en février 2019, tous deux reconnaissent cette supercherie. A la barre ce jeudi 11 juin dans l’après-midi, cet homme regrette cette histoire et d’avoir entraîné sa fille là-dedans, selon nos confrères du Parisien. L’homme de 70 ans a un casier vierge et souffre aujourd’hui de plusieurs maladies et notamment d’un double cancer.

« C’est de ma faute si ma fille est devant vous, je suis désolé. Quand ma mère est morte en 1995, j’ai laissé couler deux ou trois mois, puis après c’était trop tard. Ma femme me disait ‘tu vas avoir des ennuis’. Je demande pardon pour ce que j’ai fait, vous avez raison, c’est mal, je m’excuse.« 

A lire aussi : L’avocat aurait filmé sous les jupes de ses stagiaires…

Duel d’avocats

La défense de l’accusé qui appuie le fait que ce supplément permettant simplement à son client de mettre du beurre dans les épinards, avant de pointer du doigt la nonchalance de la CNAV, la caisse nationale d’assurance vieillesse. Une somme qui permettait à cet homme de « faire bouillir la marmite », explique Me François Friquet.

De l’autre côté, l’avocate de la CNAV reste intransigeante explique Le Parisien, qualifiant cette escroquerie comme « absolument inadmissible« .

65 000 euros d’amende et un an de prison

Cette supercherie a rapporté plus de 160 000 euros au total à cet homme entre 1995 et 2019. Il a été reconnu coupable « d’escroquerie faite au préjudice d’un organisme de protection sociale pour l’obtention d’une allocation ou prestation indue commise du 1er janvier 2008 au 13 février 2019 ».

Pour cette fraude, il a écopé d’un an de prison avec sursis et 65 526 euros d’amende, soit le remboursement de la somme qu’il a perçu entre 2008 et 2019, qu’il devra rembourser à la CNAV. Les relevés avant 2008 n’existant plus. Quand à sa fille, elle a écopé d’une amende de 2000 euros dont 1000 euros en sursis.

A lire aussi : Diffuser une vidéo des forces de l’ordre pourra être passible de 15 000 euros d’amende !

En savoir plus sur : - - - - -

Publié par Tom le 13 Juin 2020
0