Elisa Pilarski : son compagnon livre sa vérité à travers un récit glaçant

Le compagnon d’Elisa Pilarski a livré un récit glaçant sur le scénario “le plus probable” qui a conduit au décès de sa petite amie le 16 novembre dernier dans une forêt de l’Aisne. Avant d’être mordue à mort par une meute de chiens, la jeune femme l’avait appelé pour lui demander de l’aide.

Elisa Pilarski

Le compagnon d’Elisa Pilarski, tuée par des chiens, a livré un récit glaçant sur la scène d’horreur dont il a été témoin le 16 novembre 2019.

Dans un long message publié sur Facebook, le compagnon d’Elisa Pilarski a donné sa version des faits sur ce drame qui a coûté la vie à la jeune femme enceinte de 6 mois.

Tout commence  le 16 novembre dernier aux alentours de 13 heures. Alors qu’elle promenait son chien Curtis dans la forêt de Retz, dans l’Aisne , celle-ci a été attaquée par une meute de chiens. Au moment des faits, une chasse à courre s’était organisée dans le secteur.

Paniquée, elle décide d’appeler son compagnon Christophe Ellul pour qu’il lui vienne en aide. “Tu étais en panique, tu me disais ‘je me fais mordre aux bras et aux jambes’, je t’ai dit de lâcher Curtis. Et plus rien” , explique le jeune homme dans son message.

Christophe Ellul se rend alors sur les lieux et découvre petit à petit son écharpe, son blouson et son gilet. Selon lui, Elisa “avait Curtis en laisse avec son harnais et doublement muselé après (sa) frayeur qu’elle avait eu avec le malinois” . “Tu ne l’as pas lâché. Ils en voulaient à Curtis et tu as dû mettre des coups de pied, te faire mordre aux jambes, tu as sorti ton blouson, ton gilet et ton écharpe pour les donner à tes agresseurs” , ajoute-t-il.

>>> À lire aussi : Affaire Elisa Pilarski : les chasseurs sortent enfin du silence

Christophe Ellul : “Je suis sûr que tu t’es couchée sur Curtis pour le protéger”

Toujours d’après le compagnon d’Elisa Pilarski, elle aurait tout fait pour protéger son enfant et son chien. Dans son message, il s’interroge même sur la possibilité qu’elle ait porté Curtis alors qu’elle était enceinte de six mois.

As-tu pris Curtis dans tes bras ? Tu étais enceinte de 6 mois, Curtis au moment des faits pesait environ 18 kilos, tu l’as porté et as cherché le seul endroit où te protéger, où il y avait des arbres, c’était ce ravin. Tu n’as pas dû le porter longtemps tes agresseurs te poursuivaient” , confie-t-il.

Je suis sûr que tu t’es couchée sur Curtis. Tu as protégé ton visage, Enzo et Curtis. Tu as fait rempart avec ton corps contre tes agresseurs” .

Le compagnon d’Elisa Pilarski convaincu de l’innocence de leur chien Curtis

Dans cette affaire, le chien d’Elisa Pilarski et de son compagnon fait partie des potentiels chiens coupables de cette attaque. Mais pour Christophe Ellul, Curtis n’est en aucun cas responsable.

Curtis n’a pu mordre personne, et s’il n’avait pas eu sa muselière il ne serait plus là aujourd’hui, face à une meute, il n’aurait jamais fait le poids” , écrit-il.

Curtis a dû se cacher, le vétérinaire qui l’a vu le jour même a constaté des griffures importantes au niveau des oreilles, je sais que tu attachais très bien les muselières… Il s’est blessé en essayant de se l’arracher” , ajoute-t-il.

Qu’on ne vienne pas me dire que mon chien est responsable de ce massacre. Même si aujourd’hui certains pensent avoir trouvé le coupable idéal. Qu’on ne vienne pas me dire que notre chien va très bien alors que son traumatisme n’a pas été pris en charge par des gens qualifiés” , dénonce Christophe Ellul.

>>> À lire aussi : Étrange rebondissement dans l’affaire Elisa Pilarski : le patron des gendarmes quitte ses fonctions

Le compagnon d’Elisa Pilarski décrit la scène d’horreur dont il a été témoin

Dans son récit, Christophe Ellul a livré des détails sur ce qu’il a vu lorsqu’il est arrivé sur les lieux du drame.

Quand je suis arrivé près des lieux, j’ai aperçu un petit groupe de chiens de chasse qui partaient” . Il aurait ensuite appelé son chien Curtis qui lui a répondu par des aboiements.

C’est comme ça que je me suis rapproché du ravin dans lequel j’ai vu une meute d’une quinzaine ou vingtaine de chiens de chasse, silencieux autour de ce que je pensais être un tronc d’arbre. En me voyant, ils se sont lancés dans ma direction et sont partis” .

J’ai ensuite vu Curtis, il n’était pas très loin de toi. Ce que je pensais être un tronc d’arbre était en fait ton corps dévoré… une vision d’horreur que je ne peux pas me sortir de la tête” . Selon lui, cette meute de chiens l’a surement attrapée par sa chevelure et l’ont traînée avec acharnement.  “Ça devait être d’une violence inouïe car ils t’ont totalement scalpé…”

Tu as sacrifié ta vie Elisa et celle d’Enzo pour sauver ton chien et ça, je sais que c’était toi. Aujourd’hui vous n’êtes plus là mais je me battrais jusqu’au bout pour trouver les coupables et protéger Curtis” , conclut-il avant de lancer un appel à témoin pour espérer trouver la vérité sur ce qu’il s’est passé cette journée du 16 novembre.

>>> À lire aussi : Élisa Pilarski : son compagnon lance un appel à l’aide (vidéo)

Publié par Eugenie le 07 Feb 2020
0