Un homme tire sur une femme enceinte à deux reprises avant de se donner la mort !

Ce lundi 8 juin, un homme de 60 ans a grièvement blessé une femme enceinte de 23 ans en lui tirant dessus à deux reprises. L’homme s’est, par la suite, suicidé. La jeune femme l’avait accusé de viol.

homme tire femme enceinte accusé viol

>>> À lire aussi : Scandaleux : un ours a été tué par balles en Ariège

Un homme a tiré sur une femme enceinte à deux reprises

« Sur place, a été constatée la présence d’une jeune femme de 23 ans, gravement blessée, semblant atteinte par le tir de deux balles dans le dos. À quelques dizaines de mètres, était découvert le corps sans vie d’un homme de 60 ans, marié, sans enfant et domicilié à Béziers », a indiqué le procureur de Béziers, Raphaël Balland.

Selon les premières informations, les gendarmes « tentent de démontrer que l’homme se serait donné la mort avec un revolver 357 magnum muni de balles de calibre 38 spécial, quelques minutes après avoir tiré sur la jeune femme. »

Au moment des faits, la jeune femme se trouvait dans un véhicule, côté passager, alors que son actuel conjoint conduisait. Le fils de la victime âgé de 2 ans se trouvait à l’arrière de la voiture.

>>> À lire aussi : Affaire Elisa Pilarski: les avocats de l’affaire prennent la parole…

Son pronostic vital n’est plus engagé

La jeune femme est enceinte « d’environ 5 mois ». Elle a été évacuée en urgence jusqu’au CHU de Montpellier par hélicoptère. Mardi 9 juin, la femme a été placée en coma artificiel, son pronostic vital n’étant plus engagé à ce moment.

« Une balle aurait traversé les poumons, et une autre aurait endommagé une vertèbre. L’enfant à naître se porte bien et la poursuite de la grossesse ne serait pas remise en cause pour le moment », indique le procureur.

L’homme de 60 ans a déjà été condamné à quatre mois de prison avec sursis en janvier 2006 pour des faits de recel de vol. Depuis 2017, il était visé par trois plaintes de la victime pour viol, violences et appels téléphoniques malveillants. Toutes ces plaintes ont été classées sans suite pour « infraction insuffisamment caractérisée. »

La jeune femme avait rencontré l’homme et son épouse en 2015. Elle aurait été hébergée par le couple en mai 2016 suite à des difficultés. L’homme aurait alors eu une relation sexuelle avec la jeune femme. Il a notamment expliqué que cette relation était consentie, selon lui. Pourtant, la femme de 23 ans avait porté plainte contre lui pour viol en mai 2019.

>>> À lire aussi : Les violences policières « volontaires » ont augmenté de 41% en 2019 !

Source : Sud Ouest
Publié par Manon le 11 Juin 2020
0