La journée cauchemardesque de ce candidat du bac, aidé par la police nationale !

Après l’épreuve inaugurale de philosophie, les élèves de terminale planchent ce mardi sur les sujets d’histoire-géographie dans cette semaine du baccalauréat. Les 743 000 candidats planchent depuis 8h ce matin, sur le traité de Maastricht, l’affaire Dreyfus et le Proche et Moyen-Orient. Cette deuxième journée d’épreuves sera certainement moins mouvementée pour Loïc, un jeune lycéen de 18 ans originaire du Tarn, qui s’est fait une sacrée frayeur avant d’aller passer l’examen lundi. Course contre la montre, accident de voiture, cortège police, on vous raconte la folle journée de ce candidat.

>>>À lire aussi : Bac, découvrez les sujets de la tant redoutée épreuve de philosophie

Rater son bus le jour du bac, la hantise de tous les candidats

La semaine la plus importante de la scolarité. Chaque année, de centaines de milliers d’élèves de terminale passent enfin leur baccalauréat, ce fameux examen rabâché tout au long du parcours scolaire par la famille, les amis, les professeurs. Alors, il s’agit d’être prêt. Loïc devait participer aux épreuves d’histoire de son bac pro, lundi à 13h30 à Albi. Problème, le jeune homme, originaire d’un petit village à 15 km de la préfecture du Tarn, rate son bus et panique à l’idée d’arriver en retard. Son père lui prête sa voiture mais Loïc, très stressé, perd le contrôle du véhicule et percute la barrière de sécurité à quelques kilomètres de son lieu d’examen. Le supplice jusqu’au bout.

>>>À lire aussi : 35 perles du bac à lire attentivement, les candidats ne manquent pas de toupet

La police conduit le candidat jusqu’à son centre d’examen

Dépêchés sur les lieux de l’accident, les policiers du commissariat d’Albi constatent que le jeune homme est indemne. Sous le choc, il leur fait savoir qu’il va manquer son épreuve qui commence dix minutes plus tard. Après s’être assuré qu’il n’avait pas consommé d’alcool ou de stupéfiants, le brigadier chef l’embarque à bord du fourgon et le conduit en quatrième vitesse jusqu’à son centre d’examen. Grâce à l’aide des policiers, Loïc arrive deux minutes avant le début de l’épreuve, sous les regards médusés de ses camarades. « Tout le commissariat lui souhaite bonne chance » avance la Police nationale du Tarn dans un post Facebook relayé plus de 14 000 fois sur le réseau social.

Un bachelier in extremis !…Ou quand « épreuve » prend tout son sens au moment du Bac.Le jeune Loïc, 18 ans, devait…

Publiée par Police nationale du Tarn sur Lundi 17 juin 2019

>>>À lire aussi : Bac, et si vous révisiez la philo et les maths avec Soprano et JoeyStarr ?

En savoir plus sur : -

Publié par Maxime le 18 Juin 2019
0