Flixbus : un chauffeur se fait renvoyer car il a un tatouage « Mein Kampf » sur le bras !

Flixbus c‘est bien, et ce n’est pas cher ! Parfois, les trajets sont un peu longs, mais on peut traverser la France pour un moindre coup. Génial ! Sauf quand on tombe sur un chauffeur qui conduit un Flixbus avec un tatouage « Mein Kampf«  sur le bras. 

>> À lire aussi : En laissant son fils autiste voyager seul, cette maman ne s’attendait pas à retrouver cette lettre

Un conducteur de bus avec un tatouage « Mein Kampf »

Si je vous dis Hitler, vous me répondez quoi ? On ne va pas s’étendre sur la question, mais on sait tous que ce personnage historique n’est pas sujet aux compliments. Ce samedi 13 juillet, la compagnie Flixbus a indiqué avoir exclu un chauffeur italien qui portait un tatouage « Mein Kampf », titre du livre d’Adolph Hitler. Ce renvoi a pu être effectué par le biais d’une grande vague d’indignations sur les réseaux sociaux, suite à la publication du fameux tatouage. Raphaël Daniel, porte-parole de Flixbus, a indiqué à l’AFP que le conducteur « ne travaillera plus sur nos lignes » .

>> À lire aussi : Comment voyager tout en respectant la planète et l’environnement ? Le guide parfait de l’écotouriste

Une première réponse de la compagnie qui n’est pas passée

Le cliché du tatouage a d’abord été relayé sur le compte twitter @aghantros, un passager du bus en question, qui a immédiatement publié la photo, en demandant des explications à la compagnie. Et la première réponse de Flixbus n’a pas plus à tout le monde, puisque la compagnie tweet : « Flixbus est fier d’être une multinationale dotée d’une équipe multinationale et que des chauffeurs de tous les secteurs culturels travaillent pour nous. Nous n’acceptions donc aucune discrimination d’origine ou de religion envers nos clients ou nos employés » . 

Reformulation des propos

Face à une déferlante d’incompréhensions de la part des internautes, Flixbus est revenu sur ses propos, et le porte-parole a tenu à présenter ses excuses, en reconnaissant une formulation « malheureuse », portant à « mauvaise interprétation » . La compagnie voulait surtout souligner qu’une tolérance zéro était de rigueur face à de tels phénomènes. Après vérification, le conducteur avait bel et bien un tatouage « Mein Kampf » , et s’est donc fait suspendre à son arrivée à Bergame. 

>> À lire aussi : Une française lance la plateforme qui va sauver les voyageuses solos et fauchées

En savoir plus sur : - - -

Publié par Jessy le 16 Juil 2019
0