Le magazine Vogue Mexique met pour la première fois en couverture une femme indigène transgenre

Les « muxes », troisième genre reconnu au Mexique, font partie intégrante de la culture indigène. Le magazine Vogue décide de mettre en avant une de ces femmes et c’est Estrella Vazquez qui figure à la Une de son numéro de décembre, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessous.

>>> À lire aussi : La grande avancée de la marque « Always » sur les emballages de ses produits ! (Vidéo)

Une femme indigène transgenre en Une du Vogue Mexique

C’est une grande première pour le magazine de mode par excellence. Vogue a décidé de mettre en Une une femme transgenre d’une communauté indigène mexicaine. Cette « muxe » est mise en avant dans les éditions mexicaines et anglaises du numéro de décembre.

Une « muxe » est un dérivé de « mujer » en espagnol, signifiant femme. Ce terme désigne les indigènes transgenres. Les muxes endossent des rôles féminins au sein de leur famille et de la société.

Éventail rose à la main, Estrella Vazquez pose en couverture vêtue d’une tenue traditionnelles que l’on retrouve particulièrement dans l’État d’Oaxaca.

« Dans un monde où les étiquettes semblent essentielles, les muxes apparaissent comme une figure qui refuse d’être cataloguée. Le troisième genre a un rôle important dans l’histoire. » écrit le compte Vogue Mexique sur Twitter.

Ce choix éditorial montre une position claire pour Vogue. Le magazine refuse et s’oppose aux discriminations dont sont victimes les muxes, notamment à Mexico. Le pays est empreint dans des traditions catholiques encore très fortes qui viennent nourrir des préjugés homophobes et transphobes.

>>> À lire aussi : Le magazine Vogue félicité pour cette Une avec Lizzo, une femme grande taille et noire !

Cette couverture s’oppose à une discrimination toujours présente

Quelques mois auparavant, Estrella Vazquez n’avait jamais entendu parler de Vogue. Elle a été invitée par le magazine pour poser, accompagnée d’autres muxes. La trentenaire se réjouit : « Tous les gens qui ont vu cette couverture me félicitent. »

« Cette couverture est une étape importante. La discrimination perdure, mais elle se voit moins qu’avant » admet Estrella.

Cette communauté, encore méconnue, oeuvre pour le bien de la société. Il n’est pourtant pas rare de les voir parader lors des Gay Pride ou à participer à des événements culturels à travers le pays.

Les citoyens mexicains, façonnés par une culture machiste, commencent seulement à reconnaître leur travail. Elles occupent une place bien définie, en aidant les personnes âgées. Les muxes ont été d’une aide précieuse lors d’un tremblement de terre. Ces femmes travaillent activement pour sortir familles et amis piégés des décombres.

Vogue Paris célébrait la beauté transgenre pour la première fois, en 2017. Valentina Sampaio devenait alors la figure d’une nouvelle beauté, encore peu mise en avant.

La rédactrice en chef Emmanuelle Alt commentait « Valentina est l’étendard glam d’une cause en marche » et concluait « Le jour où une transsexuelle posera en « une » d’un magazine et qu’il ne sera enfin plus nécessaire d’écrire un édito sur le sujet, on saura que la bataille est gagnée. »

>>> À lire aussi : Qui est Valentina Sampaio, le premier mannequin transgenre de Victoria’s Secret?

En savoir plus sur : - - - -

Publié par Manon le 26 Nov 2019
0