Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Politique

Affaire McKinsey : Emmanuel Macron sort du silence sur le plateau de TF1

Publié par Gabrielle le 07 Avr 2022 à 10:53
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Ce mercredi 6 avril, Emmanuel Macron était l’invité du 20h de TF1. Le Président s’est exprimé au sujet de l’affaire McKinsey et de l’ouverture d’une enquête du Parquet national financier. Cela fait suite au rapport sénatorial sur le recours aux cabinets de conseil privés.

Le cabinet McKinsey est accusé d’optimisation fiscale

Le 16 mars, la commission d’enquête du Sénat a publié un rapport concernant le recours aux cabinets de conseil. La commission révélait que les contrats conclus par l’État avec les cabinets avaient « plus que doublé » entre 2018 et 2021.

Les vidéos du jour à ne pas manquer

La commission d’enquête accusait également le cabinet McKinsey de ne pas avoir payé d’impôt sur les sociétés depuis 2011. Un coup dur pour Emmanuel Macron à l’approche de l’élection présidentielle. Cette affaire semble avoir freiné son ascension dans les sondages.

Suite à ce rapport, le 31 mars, le Parquet national financier a ouvert une enquête pour blanchiment aggravé de fraude fiscale. Une enquête est également ouverte pour « suspicion de faux témoignage » envers un dirigeant du cabinet McKinsey.

McKinsey

Emmanuel Macron salue l’ouverture d’une enquête

Invité du 20h de TF1, Emmanuel Macron a bien sûr été interrogé au sujet de l’affaire McKinsey. « C’est une très bonne chose que le juge se saisisse d’une affaire quand elle est accusée d’avoir fraudé. Je mène depuis 5 ans un combat contre les entreprises qui ne payent pas les impôts en France » , a assuré l’actuel Président.

Le président sortant juge en revanche « normal » le recours par l’État à des prestataires extérieurs. Il précise d’ailleurs que la France y aurait beaucoup moins recours que certains de nos voisins comme l’Allemagne.

Emmanuel Macron précise que « la justice ne se saisit pas de l’usage d’un cabinet de conseil, elle se saisit sur (un soupçon de) fraude fiscale » . Si le président-candidat défend le recours aux prestations des cabinets de conseil, d’autres candidats comme Eric Zemmour ne sont pas du même avis.

0