Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

Amazon prend une décision radicale face aux autorités américaines

Publié par Elodie GD le 11 Juin 2020 à 20:02
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

L’entreprise Amazon a pris ce mercredi la décision d’empêcher les autorités d’utiliser son logiciel de reconnaissance faciale Rekognition. Tout comme IBM,  elle a cédé à la pression des associations de défense des libertés qui accusent la police de racisme.

La suite après cette publicité
l'entreprise Amazon interdit l'utilisation de son logiciel Recognition à la police

A lire aussi: « Je n’ai pas à m’excuser en tant que blanche » : les propos très polémiques de Marion Maréchal peu après la mort de George Floyd

Amazon prend le parti des manifestants

La suite après cette vidéo

Le climat social est actuellement tendu depuis le décès de George Floyd. En effet, de nombreuses manifestations ont lieu chaque jour aux Etats-Unis. De leur côté, les associations sont dans une dynamique de sensibilisation extrême. Il s’agit pour elles de faire cesser les injustices dont les personnes noires sont victimes de la part des agents de police. C’est dans ce contexte qu’Amazon a pris une décision radicale. En effet, la police américaine ne pourra plus accéder à Recokgnition durant 1 an. Une décision qui ravira les associations de défenses des libertés et les manifestants.

La suite après cette publicité

« Nous prônons des régulations plus strictes des gouvernements sur le recours éthique aux technologies de reconnaissance faciale » a affirmé l’entreprise de commerce en ligne. Les militants accusent la police de cibler les personnes noires de façon disproportionnée au moyen des logiciels de surveillance. Ils exigent donc des réformes de la part du gouvernement afin que les choses changent. Et la Chambre des représentants, majoritairement démocrate,  entend bien les changer. Elle a d’ailleurs présenté lundi un programme visant à « changer la culture » au sein de la police. « Nous espérons que ce moratoire d’un an donnera au Congrès suffisamment de temps pour mettre en place des règles appropriées » a ajouté Amazon.

Une pétition fait bouger les choses

La mort du quadragénaire George Floyd le 25 mai dernier a été la  bavure policière de trop. Les associations qui exigeaient depuis deux ans déjà la suppression du logiciel car il portait atteinte aux libertés individuelles, ont réitéré leur requête. Une pétition mise en ligne pointe Amazon du doigt. Elle lui reproche « d’alimenter de profiter de l’injustice systématique, des inégalités et des violences contre la communauté noire ». Cette accusation n’a pas été du goût de l’entreprise américaine qui a pris des mesures radicales dans la foulée.

La suite après cette publicité

« Nous sommes heureux que l’entreprise ait enfin reconnu les dangers que pose la reconnaissance faciale pour les personnes de couleur, ainsi qu’en terme de droits civils en général » a réagit Nicole Ozer, directrice des technologies et des libertés. Amazon a en effet reconnu que la reconnaissance faciale pouvait être « mal utilisée ». IBM avait déjà annoncé ce lundi mettre fin à la vente de logiciels de reconnaissance faciale. La multinationale avait affirmé être « opposée à l’utilisation de la technologie à des fins de surveillance de masse, de profilage racial et de violations des droits et libertés humaines de bases ». Ces décisions bien que tardives, constituent une avancée considérable dans la lutte contre le racisme.

A lire aussi: Amazon: Des produits de Noël à l’effigie du camp d’Auschwitz font scandale! (Vidéo)

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.