Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Société

Manifestations à Sainte-Soline : Le SAMU aurait été interdit d’intervenir par les forces de l’ordre

Publié par Victor Adan Vergara le 29 Mar 2023 à 12:00
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Le quotidien Le Monde avance qu’un opérateur du Samu affirme ne pas avoir eu l’autorisation des forces de l’ordre d’intervenir à Sainte-Soline.

Publicité

La Ligue des Droits de l’Homme demandait l’évacuation d’un blessé. La préfète des Deux-Sèvres explique que l’ordre a été donné afin d’éviter de mettre en danger le Samu et les pompiers.

À lire aussi : « Les gens dans la rue, je m’en branle » : Sébastien Cauet donne son avis sur les manifestations, ça ne passe pas !

Une conversation entre un médecin de la LDH et un opérateur du Samu

Publicité

Un enregistrement accablant obtenu par Le Monde tend à montrer que les forces de l’ordre auraient empêché les médecins d’intervenir à Sainte-Soline. Et cela alors que plusieurs manifestants avaient été grièvement blessés.

Une manifestation à Sainte-Soline, qui a eu lieu le samedi 25 mars, même jour que celle contre la réforme des retraites.

Un article qui met le feu aux poudres car deux manifestants sont toujours entre la vie et la mort. Les forces de l’ordre sont dernièrement plus décriés que jamais.

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER
Publicité
Samu sainte-soline police forces de l'ordre france politiquer manifestation
© THIBAUD MORITZ

Le quotidien a publié une transcription d’un appel téléphonique. Il s’agit d’un échange entre un médecin de l’association de la Ligue des Droits de l’Homme et un opérateur du Samu. Une conversation qui se déroule durant la manifestation contre les méga-bassines (Deux-Sèvres).

À lire aussi : Manifestations : un manifestant s’effondre après avoir reçu un coup de poing d’un policier (vidéo)

Publicité

L’intervention aurait été refusée par les forces de l’ordre

Samedi 25 mars, la manifestation a lieu. Un médecin de la LDH, posté à Melle, à une quinzaine de kilomètres de la manifestation, est en liaison avec des observateurs à Sainte-Soline. Ce dernier, demande au Samu l’évacuation d’un blessé. Le médecin avait déjà appelé au secours. Il demandait un hélicoptère, car les observateurs de la LDH lui ont expliqué que les secours n’arrivaient pas.

Il rappelle une seconde fois les pompiers, puis est mis en liaison avec un opérateur du Samu. L’opérateur affirme au médecin : « On a eu un médecin sur place et on lui a expliqué la situation, c’est qu’on n’enverra pas d’hélico ou de Smur sur place, parce qu’on a ordre de ne pas en envoyer par les forces de l’ordre » .

Publicité

Pourtant, le médecin en question, est informé par des observateurs sur place que « c’est calme depuis trente minutes et qu’il est possible d’intervenir« . Le Samu rétorque alors : « Je suis d’accord avec vous, vous n’êtes pas le premier à nous le dire » .

L’opérateur du Samu affirme cependant que la situation est à « l’appréciation des forces de l’ordre » . Sans leur accord, ils ne peuvent pas intervenir. La situation serait trop dangereuse pour envoyer des secours sur place.

Abonnez vous à la Newsletter TDN

Samu sainte-soline police forces de l'ordre france politiquer manifestation
© UGO AMEZ
Publicité

L’avocate de la LDH, Chloé Saynac, prend part à la conversation et souligne : « Si vous n’y allez pas, ce ne serait pas une non-assistance à personne en danger ? » . À cela, l’opérateur répond : « Nous devons avoir nos secours en sécurité également » .

Une intervention interdite afin de protéger le Samu et les pompiers

Ce mardi soir, la préfète des Deux-Sèvres a apporté son droit de réponse à l’article du Monde. Emmanuelle Dubée, rappelle que « le principe fondamental d’intervention des secours dans un contexte hostile est de garantir au premier chef la sécurité des personnels » .

Publicité

Elle le martèle, « il appartient aux forces de l’ordre (…) de définir si l’arrivée d’un véhicule de secours à un certain point est possible ou non » .

Elle conclut en assurant que cette décision n’a été prise seulement pour « éviter que le Samu ou les pompiers ne soient pris à partie ou victimes collatérales des affrontements » .

À lire aussi : Manifestation : Un policier s’effondre, ses collègues le trainent au sol (vidéo)

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.