Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Société

Manifestations : un enregistrement de violence policière de la BRAV-M dévoilé, l’IGPN saisie

Publié par Fanny Jacob le 25 Mar 2023 à 23:33
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Après la publication de cette vidéo où un manifestant reçoit un coup de poing d’un policier, tous les projecteurs sont braqués vers la brigade à laquelle appartient cet agent des forces de l’ordre : la BRAV-M. Cette brigade motorisée a effectivement été mise sur le terrain pour contenir les manifestations contre la réforme des retraites.

Sauf que de multiples preuves de violences policières s’accumulent contre la brigade. Encore plus récemment, un enregistrement a été divulgué. Dans cet enregistrement, nous entendons clairement des policiers de la BRAV-M insulter et violenter un manifestant. Une affaire qui pourrait aller beaucoup plus loin cette fois.

A lire aussi : Manifestation : Un policier s’effondre, ses collègues le trainent au sol (vidéo)

La brigade motorisée au centre des violences policières dans les manifestations

La BRAV-M est une brigade de police motorisée, déployée spécialement en cas de violences dans les manifestations. Le but de cette brigade à moto est d’intervenir vite, de disperser les foules et de procéder à un maximum d’interpellations. Tous les motards de la BRAV-M sont accompagnés d’un gendarme ou d’un CRS. Et en ce moment, il y a beaucoup de saccages et de débordements dans les manifestations contre la réforme des retraites. La BRAV-M est donc mobilisée plus que jamais.

Avec leur mobilisation s’accompagnent aussi de nombreux témoignages de violences policières. Pour beaucoup de politiques, notamment de la France Insoumise, ce n’est pas un hasard. Les élus LFI ont même demandé au Préfet de police de Paris le démantèlement temporaire de la brigade en raison d’un « emploi disproportionné de la force« .

Ce vendredi 24 mars 2023, une autre preuve de violence policière a d’ailleurs été révélée par Le Monde et Loopsider. Il s’agit d’un enregistrement audio dans lequel nous entendons des policiers insulter, violenter et intimider des manifestants. Il s’agissait de manifestants interpellés à Paris lors de la manifestation de ce 20 mars. L’enregistrement a été fait discrètement par une des sept personnes interpellées et insultées dans le 3e arrondissement de Paris.

brav-m violence (2)

A lire aussi : Réforme des retraites : Un militant CGT gravement blessé pendant les manifestations !

« Tu la fermes ou tu veux la deuxième ? » : Un enregistrement glaçant

« Efface ton sourire », « la ferme », peut-on entendre dans l’enregistrement. Nous y entendons également un bruit de claque. Le policier ajoute ceci à la suite : « Tu la fermes ou tu veux la deuxième ? ». Un autre agent ajoute : « T’en veux peut-être une pour te remettre la mâchoire droite ».

Par la suite, l’interpelé demande au policier s’il répétera ces mots au commissariat. Voici la réponse de l’agent de la BRAV-M : « Le commissariat, moi je n’y vais pas, il n’y a que toi qui parleras. Tu sais, je peux venir dormir avec toi si tu veux. C’est le premier qui bande qui encule l’autre ? », entend-on.

L’enregistrement dure ici 6 minutes, mais il a été raccourci. En réalité, cette scène dure 20 minutes. Dans cet audio, nous entendons clairement la BRAV-M intimider les interpellés. « Tu sais que tu as une vraie tête à claques ? », « Si tu veux, je te prends tout seul », peut-on entendre. Au total, nous entendons deux bruits de claque. À la fin de l’audio, les policiers reçoivent l’ordre aller sur un autre secteur. Nous entendons alors l’un des agents dire : « T’as de la chance, on va se venger sur d’autres personnes« .

La BRAV-M au cœur de plusieurs enquêtes, va-t-elle être démantelée ?

« Voilà la BRAVM, des délinquants ! Dissolution« , a réagi de son côté le député Insoumis Thomas Portes après avoir entendu cet enregistrement. Ce dernier renvoyait vers une pétition pour la dissolution de la BRAV-M, dans son tweet. Il n’est pas le seul à avoir réagi par ailleurs.

« J’invite chacune et chacun à bien écouter cette violence. Comment en sommes-nous arrivés à ce que des individus comme ceux-ci portent l’uniforme de la Police ? Cela en dit long sur le laxisme de Darmanin« , a écrit le député Nupes, François Piquemal. « Révélations terrifiantes. Attitude inadmissible. Une enquête doit être ouverte, ces policiers doivent être sanctionnés, le Ministre de l’Intérieur doit s’expliquer sans délai », a aussi réagit le président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale Boris Vallaud.

Laurent Nunez, le Préfet de police de Paris, a bien entendu réagit à cet enregistrement choc. « Je suis très choqué. Ces propos sont graves et déontologiquement posent des problèmes très graves. Nous sommes extrêmement rigoureux sur l’application des règles déontologiques », a-t-il déclaré. 11 enquêtes sont en cours à la suite de la divulgation de cet enregistrement mettant en évidence des violences policières. Laurent Nunez a annoncé saisir l’IGPN, l’Inspection générale de la Police nationale

A lire aussi : Cacatov : ce mélange anti CRS à base d’excréments utilisé par les manifestants va-t-il faire son retour ?

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.